Mille-feuilles: le choix des chroniqueurs de ce 11 janvier

Logo de Mile-feuilles dans un plasma du plateau
14 images
Logo de Mile-feuilles dans un plasma du plateau - © IF
Avis à tous ceux qui ont soif de lecture, voici le choix des chroniqueurs de ce mardi 11 janvier ...

"La situation littéraire actuelle en France" de Henry JAMES - Ed. Seuil

"Henry James était un critique exceptionnel et un francophile jusqu'à l'os. Il a connu Maupassant et Flaubert mais il n'était pas impressionné. C'est terriblement rafraichissant de lire un contemporain qui a une distance parce qu'il n'est pas à Paris. Ça nous donne une idée de la littérature prodigieuse de cette époque telle qu'elle était perçue à l'extérieur. Ça nous donne une formidable idée de la critique au sens le plus noble du terme. Et puis, c'est un volet d'un écrivain dont l'aspect essayiste est aussi important que son aspect de romancier". JDD

Dès son adolescence aux Etats-Unis, Henry James a été un lecteur passionné de littérature française. Sa découverte de Balzac, " notre maître à tous ", fut décisive dans sa formation personnelle de romancier majeur. À Paris. en 1876, il fréquenta le cercle de Flaubert, le glorieux aîné. Il y rencontra Zola, son exact contemporain, et Maupassant, de peu son cadet. Examiner leurs méthodes et leurs oeuvres, et en général suivre de près les parutions des auteurs français, ce fut pour lui un moyen surtout de mieux définir ses propres principes, soit par adhésion, soit le plus soutient par opposition. Nous ayons choisi, sur Balzac, sur Haubert, sur Zola, sur Maupassant. et sur Dumas fils, d'importants articles que James écrivit au tournant du XXe siècle. C'est en cette période que se dessina dans ses propres ouvrages une " troisième manière " annonciatrice de directions nouvelles. faisant de lui un des grands novateurs de la littérature mondiale.

"Françoise Sagan" de Geneviève MOLL - Ed. La Martinière

"Le portrait de deux femmes paradoxales qui ont incarnées toutes les deux l'image d'une femme libre et morderne alors que dans la vie privée, elles ont souvent vécu le contraire. Ce qui est très intéressant, c'est que ces biographies recontextualisent la carrière de ces femmes. Pour Sagan, ce sont les combats en faveur de l'avortement, c'est la guerre d'Algérie, l'affaire Elf. Pour Girardot, ça replace l'actrice dans l'histoire du cinéma. Ces deux biographies remettent ces deux femmes dans leur époque et font en sorte qu'on ne les oublie pas". LD

Françoise Sagan, c'est d'abord un livre, Bonjour tristesse, qu'elle écrit à 18 ami, en six semaines. Ce petit chef d'oeuvre marque le début de la gloire et la naissance d'un mythe. Dès 1954, le " charmant petit monstre " devient une référence pour la jeunesse. Dans cette société des Trente Glorieuses où souffle un vent de liberté, elle incarne la modernité. Elle entre dans tous les foyers grâce à son oeuvre, mais aussi et surtout par le biais des magazines. A travers Françoise Sagan, c'est une histoire de la seconde moitié du XXe siècle qui se raconte, de Saint-Germain-des-Prés à Saint-Tropez, du manifeste des 343 salopes à l'affaire Elf, de la guerre d'Algérie à Mai 68. Richement illustré, ce livre dévoile les multiples facettes d'une icône qui a tenté de retrouver, tout au long de sa vie, la liberté chérie de l'enfance.

"Annie Girardot:Le tourbillon de la vie" de Agnès GROSSMANN - Ed. Hors collection

"Cela fait tellement longtemps... Je ne sais pas si j'ai manqué au cinéma français, mais à moi le cinéma français a manqué, follement, éperdument, douloureusement... " En 1996, en recevant le César du meilleur second rôle féminin dans Les Misérables de Claude Lelouch, Annie Girardot n'a pas caché son chagrin ni son émotion. Elle qui a brillé dans tant de premiers rôles... Retracer la vie et la carrière de cette actrice hors du commun, c'est plonger avec bonheur dans l'univers de films inoubliables : Rocco et ses frères, Mourir d'aimer, L'Amour en question, Vivre pour vivre, La Clé sur la porte, Docteur Françoise Galliand, Tendre Poulet, Partir, revenir... Sans compter les belles rencontres d'Annie, qui a croisé le chemin de Jean Cocteau, Luchino Visconti, Édith Piaf, Alain Delon, Claude Lelouch, Michel Audiard, Brigitte Bardot, Louis de Funès... Véritable paradoxe pour cette incarnation de la femme libérée des années 1970 : toute sa vie, Annie Girardot a subi la violence des hommes qu'elle a aimés. Elle qui excellait dans les rôles comiques a vécu en privé une tragédie permanente, jusqu'à finir ses jours en ayant perdu tous ses souvenirs, les bons comme les mauvais. Avec simplicité et émotion, Agnès Grossmann retrace ici le parcours intense et libre, bien ancré dans son époque, de cette femme hors du commun.

"Ils se croyaient illustres et immortels…" de Michel RAGON - Ed . Albin Michel

"Onze portraits de personnes qui ont comme point commun d'avoir été des célébrités de leur vivant, d'être aujourd'hui , bien après leur mort, des célébrités incontestées mais d'être mortes dans un anonymat presque total, une misère épouvantable et un oubli complet. Ça se lit très vite. On en apprend beaucoup en très peu de temps et ça donne envie d'en apprendre encore plus". GD

La vieillesse est un naufrage disait de Gaulle. Michel Ragon raconte les fins de vie de quelques grands personnages qui, après le naufrage de leur oeuvre comme de leur santé, ont connu une vieillesse tragique, puis, après un oubli qui semblait définitif, sont redevenus illustres. Alexandre Dumas, René Descartes, Gustave Courbet, Alphonse de Lamartine, Knut Hamsun, Pierre Kropotkine, Ezra Pound, Georges Clémenceau, Fréhel, Françoise Sagan, Le Corbusier font l’objet de portraits passionnants, souvent cruels ou tragi-comiques tant dans la chute et la déchéance, que dans les erreurs politiques et les désillusions qui n’épargnent pas les plus grands les rendent plus proches de nous et de nos propres travers. Dans une société où individualisme et longévité nous font redouter la vieillesse, cette évocation de la fin lamentable des grands hommes, où le grotesque, la tendresse et la férocité s’entremêlent, nous tend un surprenant miroir du destin, de son mystère et de son absurdité.

"Enquête sur la disparition d'Emilie Brunet" de Antoine BELLO - Ed. Gallimard/Blanche

"Antoine Bello joue avec tous les codes de la narration. Très, très bel exercice de style. Assez jubilatoire quand on a une bonne conaissance d'Agatha Christie. C'est un vrai jeu  littéraire. Ce n'est pas un roman policier malgré le titre. Donc, si on le prend comme tel, c'est un très mauvais roman policier. La fin est quasi grotesque". MD

Le détective Achille Dunot souffre d'une étrange forme d'amnésie. Depuis un récent accident, sa mémoire ne forme plus de nouveaux souvenirs, si bien qu'il se réveille chaque matin en ayant tout oublié des événements de la veille. Quand le chef de la police lui demande d'enquêter sur la disparition d'Emilie Brunet, une des femmes les plus riches du pays, Achille décide de tenir un journal dans lequel il consignera le soir, avant d'aller se coucher, les enseignements de la journée. Lui qui ne jure que par Agatha Christie devient ainsi à son insu le héros et le lecteur d'un drôle de roman policier... dont il est aussi l'auteur. Très vite, tout accuse Claude Brunet, le mari de la disparue. Il a plusieurs mobiles et aucun alibi. Il se vante à demi-mot d'avoir commis le crime parfait. Mais surtout, il ose critiquer les méthodes d'Hercule Poirot...

"Sang maudit" de Dashiell Hammett - Ed. Folio /Policier

"Livre très intéressant. Le détective est extrêmement imprévisible. Il n'hésite pas à recourir à la violence s'il le faut. C'est extrêmement intéressant parce que les frontières entre le bien et le mal sont beaucoup plus floues et beaucoup moins manichéennes. Une écriture sèche et sobrie qui louche du côté d'Hemingway".YP

L’agence Continental envoie son détective pour mener l’enquête chez les Leggett dont les diamants ont disparu. Seul témoin : leur fille Gabrielle, jeune femme instable aux fréquentations douteuses...
Si Gabrielle est la principale suspecte, le détective découvre que son père a lui aussi beaucoup de secrets ; depuis des années, les morts violentes se succèdent autour des Leggett. La jeune Gabrielle, accro à la morphine, adepte des sectes, est-elle victime d’une malédiction familiale? Dans le San Francisco des années 20, ce qui n’était qu’une simple enquête sur un vol de bijoux devient une course contre la folie.

Newsletter TV

Recevez chaque jeudi toute l'actualité de vos personnalités et émissions préférées.

OK