Lola vers la mer... un père vers sa fille

Lola est une jeune fille transgenre de 18 ans. Enfermée dans un corps de garçon, elle s’apprête à subir cette opération qui lui permettra de se vivre pleinement femme.

Quand Lola apprend le décès de sa mère qui la soutenait en secret et qui devait financer cette intervention, tout est bouleversé et les retrouvailles avec son père plus conflictuelles que jamais. Ce dernier n’a en effet jamais compris et accepté la démarche de celle qu’il appelle toujours Lionel.

Tous deux vont se retrouver ensemble dans une voiture, en route pour la mer, là où ils doivent disperser les cendres de la défunte qui en avait émis le souhait…

Pourquoi Lola ?

3 images
Mya Bollaers © Tous droits réservés

l y a 2 ans sortait en salle le premier film de Laurent Micheli, " Even Lovers get the blues ", déjà gratifié du Prix de la critique au Festival International du Film Francophone de Namur.

Ce portrait de groupe, il le réalisait avec des amis et un peu dans l’urgence.

" Lola vers la mer ", production plus classique, se dote d’une distribution très travaillée avec la présence dans les rôles principaux de Benoît Magimel, acteur confirmé s’il en est, parfait dans ce rôle d’homme meurtri et d’une révélation : Mya Bollaers d’une étonnante présence à l’écran, elle qui fait ses tout débuts devant une caméra et pour qui le cinéma était une aventure à tenter.

Que Mya Bollaers soit elle-même une transgenre était essentiel pour Laurent Micheli qui avec ce film entend " travailler à plus de visibilité des minorités ", " et se servir du cinéma pour porter à l’écran des gens que l’on essaye de cacher, que l’on ne montre pas, que l’on n’a pas envie de voir dans la société "

Il reconnaît que son film a quelque chose d’un acte politique " même si c’est raconté à l’intérieur d’une histoire très universelle, celle d’un père et de sa fille ". Et tout militant que soit " Lola vers la mer ", ce film a été pour Laurent Micheli, " avant tout, une expérience humaine et professionnelle ".

Voyage, voyage…

3 images
Mya Bollaers et Benoît Magimel © Tous droits réservés

Quand s’ouvre le film on fait connaissance avec Lola, sa dégaine, son franc parlé, son quotidien. Dévalant la rue avec son skate elle a ce côté garçon " manqué " (garçon qu’elle est encore) que ces longs cheveux blonds marqués de rose veulent démentir !

Quand son père entre en scène, c’est à l’occasion du décès de la mère de Lola.

Les retrouvailles du père et de la fille, après des mois à s’ignorer, sont explosives, mélange d’incompréhension, de ressentiments et de colère.

Là où tout semble définitivement rompu entre eux, l’amour qu’ils portaient chacun à la défunte va les réunir, à leur corps défendant dans un premier temps.

Débute alors un road movie, qui se révèlera être un voyage l’un vers l’autre, un voyage vers le passé, promesse d’un avenir plus apaisé.

" Lola vers la mer " est un film sous haute tension où affleure l’émotion.

Un film que l’on vous recommande vivement !

Newsletter Tv - L'agenda Ciné

Recevez chaque semaine un condensé des sorties cinéma de la semaine, les actus de vos acteurs préférés, des concours.

OK