RTBF .be

Livrés à domicile, la joute du mardi 11 septembre 2018 - RTBF Livres a domicile

Livrés à domicile, la joute du mardi 11 septembre 2018

  • La rentrée littéraire de Livrés à domicile a commencé. Focus sur six titres défendus en 40 secondes chacun par Marie, Michel et Thierry.

    Rentrée littéraire oblige, nos chroniqueurs ont repéré six nouveautés se démarquant dans des registres variés. Des romans qui font du bien, drôles ou tendres. Des plus piquants aussi, flinguant en filigrane la société derrière leurs personnages de papier. Du plus érudit également. Sans oublier un ouvrage de folie, un objet graphique non identifié qui va épater plus dun lecteur et même les mélomanes. Bonnes découvertes !

    "Soirée d’un faune" - Ruppert & Mulot – Ed L’association

    "Soirée d’un faune " - Ruppert & Mulot – Ed L’association

    "Soirée d’un faune " - Ruppert & Mulot – Ed L’association - © Tous droits réservés

    Soirée d'un faune est un ballet dessiné contemporain en un acte sur la musique du Prélude à l'après-midi d'un faune de Claude Debussy, elle-même inspirée du poème de Stéphane Mallarmé L'Après-midi d'un faune. Debussy décrit ainsi son œuvre : "La musique de ce Prélude est une illustration très libre du beau poème de Stéphane Mallarmé. Elle ne prétend nullement à une synthèse de celui-ci. Ce sont plutôt des décors successifs à travers lesquels se meuvent les désirs et les rêves d'un faune dans la chaleur de cet après-midi. Puis, las de poursuivre la fuite peureuse des nymphes et des naïades, il se laisse aller au soleil enivrant, rempli de songes enfin réalisés, de possession totale dans l'universelle nature." Le ballet dessiné Soirée d'un faune se propose de dépeindre le moment qui suit cet après-midi, comme si le faune de Mallarmé avait continué sa journée en enjambant le cours des années et s'était retrouvé dans une soirée du XXIe siècle. L'œuvre symphonique de Debussy compte 110 mesures, le poème de Mallarmé est lui-même composé de 110 alexandrins et le ballet présenté ici est interprété par 110 danseurs et danseuses. Florent Ruppert et Jérôme Mulot innovent une nouvelle fois en concevant ce ballet dessiné dans un format identique à celui d'une carte routière, offrant deux modes de lecture, par séquences au dépliage, en poster narratif le document déplié.

    "Série noire" - Bertrand Schefer – Ed P.O.L.

    "Série noire" - Bertrand Schefer – Ed P.O.L.

    "Série noire" - Bertrand Schefer – Ed P.O.L. - © Tous droits réservés

    Pour une fois, c'est le roman qui inspire le fait divers. Ce livre retrace l'histoire du premier grand kidnapping français qui agita le pays en 1960 avant de découvrir qu'il était calqué mot pour mot sur un roman américain de la Série noire ! Un jeune ouvrier, séducteur invétéré, revenu de la guerre d'Algérie et reconverti dans la vente d'électrophones, se jette dans les nuits parisiennes. Il rencontre une jeune reine de beauté danoise qui découvre Paris en traînant aux terrasses de Saint-Germain-des-Prés. Tout bascule lorsqu'un escroc de 39 ans, antisocial viscéral, met la main sur un livre de la Série noire qui le révèle à lui-même. Au gré des rencontres, des voyages entre Copenhague et la Côte d'Azur, ces trois personnages que rien ne destinait à réunir, se retrouvent au coeur de l'affaire la plus retentissante du début des années 1960. S'appuyant sur une enquête approfondie et des documents judiciaires inédits, le livre se déploie comme un roman policier qui peu à peu se déplace sur une autre scène, où la littérature et le cinéma deviennent les vrais protagonistes de l'histoire. On y croise Antonioni au festival de Cannes, Anna Karina, Françoise Sagan, Kenneth Anger, Jean-Jacques Pauvert, Simenon, Histoire d'O et les tournages de Clouzot et de Truffaut. On découvre l'envers du décor de certaines scènes de films. On rencontre le monde des artistes de music-hall, des concours de beauté. On assiste à l'avènement de la puissance des médias. Une investigation palpitante sur les puissances de la fiction et les frontières de plus en plus floues entre la réalité et ses images.

    "Jours de dèche" - Didier Delome – Ed Le dilettante

    "Jours de dèche" - Didier Delome – Ed Le dilettante

    "Jours de dèche" - Didier Delome – Ed Le dilettante - © Tous droits réservés

    Voici un premier roman bref et poignant sur un sujet grave (la dépression et le suicide) traité sans misérabilisme ni pathos, avec une mise en oeuvre romanesque assez proche du polar et conduite au pas de charge dans un style limpide, épuré et précis où chaque mot affûté telle une pointe de flèche fait mouche. "J'ai toujours mené la grande vie ; puis lorsque je me suis retrouvé à la rue sans rien, démuni, ayant tout perdu? ; l'effroyable urgence de ma situation m'a soudain assommé en pleine face avec la violence d'un gnon magistral qui m'a laissé groggy sur le banc du boulevard voisin où j'avais atterri".

    "La disparition de Stéphanie Mailer" - Joël Dicker – Éditions de Fallois

    "La disparition de Stéphanie Mailer" - Joël Dicker – Éditions de Fallois

    "La disparition de Stéphanie Mailer" - Joël Dicker – Éditions de Fallois - © Tous droits réservés

    30 juillet 1994. Orphea, petite station balnéaire tranquille des Hamptons dans l’État de New York, est bouleversée par un effroyable fait divers: le maire de la ville et sa famille sont assassinés chez eux, ainsi qu’une passante, témoin des meurtres. L’enquête, confiée à la police d’État, est menée par un duo de jeunes policiers, Jesse Rosenberg et Derek Scott. Ambitieux et tenaces, ils parviendront à confondre le meurtrier, solides preuves à l’appui, ce qui leur vaudra les louanges de leur hiérarchie et même une décoration. Mais vingt ans plus tard, au début de l’été 2014, une journaliste du nom de Stephanie Mailer affirme à Jesse qu’il s’est trompé de coupable à l’époque. Avant de disparaitre à son tour dans des conditions mystérieuses. Qu’est-il arrivé à Stephanie Mailer? Qu’a-t-elle découvert? Et surtout: que s’est-il vraiment passé le soir du 30 juillet 1994 à Orphea?

    "Capitaine" - Adrien Bosc – Ed Stock

    "Capitaine" - Adrien Bosc – Ed Stock

    "Capitaine" - Adrien Bosc – Ed Stock - © Tous droits réservés

    Le 24 mars 1941, le Capitaine-Paul-Lemerle quitte le port de Marseille, avec à son bord les réprouvés de la France de Vichy et d’une Europe en feu, les immigrés de l’Est et républicains espagnols en exil, les juifs et apatrides, les écrivains surréalistes et artistes décadents, les savants et affairistes. Temps du roman où l’on croise le long des côtes de la Méditerranée, puis de la haute mer, jusqu’en Martinique, André Breton et Claude Lévi-Strauss dialoguant, Anna Seghers, son manuscrit et ses enfants, Victor Serge, son fils et ses révolutions, Wifredo Lam, sa peinture, et tant d’inconnus, tant de trajectoires croisées, jetés là par les aléas de l’agonie et du hasard, de l’ombre à la lumière. Ce qu’Adrien Bosc ressuscite c’est un temps d’hier qui ressemble aussi à notre aujourd’hui. Un souvenir tel qu’ il brille à l’instant d’un péril.

    "Les poteaux étaient carrés"- Laurent Seyer – Ed Finitude

    "Les poteaux étaient carrés" - Laurent Seyer – Ed Finitude

    "Les poteaux étaient carrés" - Laurent Seyer – Ed Finitude - © Tous droits réservés

    12 mai 1976. Ce soir les Verts de Saint-Étienne rencontrent le Bayern Munich à Glasgow en finale de la coupe d'Europe. Nicolas est devant la télé, comme toute sa famille, comme ses copains du collège, comme la France entière. Mais pour lui c'est bien plus qu'un match. Cette équipe de Saint-Étienne est devenue sa vraie famille. Depuis le départ de sa mère, depuis qu'il est le seul fils de divorcés de sa classe, depuis que son père vit avec cette trop séduisante Virginie, il n'en a plus d'autre. Alors il retient son souffle quand les joueurs entrent sur le terrain. C'est sûr, ce soir, ils vont gagner.

     

    "Par les écrans du monde" - Fanny Taillandier – Ed Seuil

    "Par les écrans du monde" - Fanny Taillandier – Ed Seuil

    "Par les écrans du monde" - Fanny Taillandier – Ed Seuil - © Tous droits réservés

    Dans l'aube à peine levée sur un lac proche de Detroit, aux États-Unis, un vieil homme insomniaque laisse successivement le même message à sa fille et à son fils : il va bientôt mourir. Elle est une brillante mathématicienne et travaille à calculer les risques dans une compagnie mondiale d'assurances dont le siège est au World Trade Center, à New York. Lui est un vétéran de l'US Air Force, il dirige la sécurité à l'aéroport de Boston. C'est le matin du 11 septembre 2001 et un jeune architecte égyptien, Mohammed Atta, a pris les commandes d'un Boeing 767. Entre roman d'espionnage et méditation historique, entre western et fable dostoïevskienne, Fanny Taillandier propose de parcourir le labyrinthe cathodique d'un millénaire dont le spectacle, d'emblée, s'impose comme une énigme.

     

     

    Voir

Les articles de RTBF TV

Plus d'articles