RTBF .be

Livré(s) à domicile, la joute du lundi 5 février 2018 - RTBF Livres a domicile

Livré(s) à domicile, la joute du lundi 5 février 2018

  • Encore de belles découvertes... de livres... mais aussi, notre nouvelle chroniqueuse...

    «Ariane» de Myriam Leroy- Ed Don Quichotte

    « Ariane » de Myriam Leroy- Ed Don Quichotte

    « Ariane » de Myriam Leroy- Ed Don Quichotte - © Tous droits réservés

    "Quand j'ai eu douze ans, mes parents m'ont inscrite dans une école de riches. J'y suis restée deux années. C'est là que j'ai rencontré Ariane. Il ne me reste rien d'elle, ou presque. Trois lettres froissées, aucune image. Aucun résultat ne s'affiche lorsqu'on tape son nom sur Google. Ariane a vécu vingt ans et elle n'apparaît nulle part. Quand j'ai voulu en parler, l'autre jour, rien ne m'est venu. J'avais souhaité sa mort et je l'avais accueillie avec soulagement. Elle ne m'avait pas bouleversée, pas torturée, elle ne revient pas me hanter. C'est fini. C'est tout." M.L.
    Elles sont collégiennes et s'aiment d'amour dur. L'une vient d'un milieu modeste et collectionne les complexes. L'autre est d'une beauté vénéneuse et mène une existence légère entre sa piscine et son terrain de tennis. L'autre, c'est Ariane, jeune fille incandescente avec qui la narratrice noue une relation furieuse, exclusive, nourrie par les sévices qu'elles infligent aux autres. Mais leur histoire est toxique et porte en elle un poison à effet lent, mais sûr.

     

    «Arrête avec tes mensonges» de Philippe Besson – Ed 10/18

    «  Arrête avec tes mensonges » de Philippe Besson – Ed 10/18

    « Arrête avec tes mensonges » de Philippe Besson – Ed 10/18 - © Tous droits réservés

    Quand j'étais enfant, ma mère ne cessait de me répéter : "Arrête avec tes mensonges." J'inventais si bien les histoires, paraît-il, qu'elle ne savait plus démêler le vrai du faux. J'ai fini par en faire un métier, je suis devenu romancier. Aujourd'hui, voilà que j'obéis enfin à ma mère : je dis la vérité. Pour la première fois. Dans ce livre. Autant prévenir d'emblée : pas de règlement de comptes, pas de violence, pas de névrose familiale. Mais un amour, quand même. Un amour immense et tenu secret. Qui a fini par me rattraper.

     

    «Mauvais plan sur la comète» de Jean-Charles Chapuzet – Ed Marchialy

    « Mauvais plan sur la comète» de Jean-Charles Chapuzet – Ed Marchialy

    « Mauvais plan sur la comète» de Jean-Charles Chapuzet – Ed Marchialy - © Tous droits réservés

    "L'homme à la soucoupe", Jean-Claude Ladrat, est devenu célèbre le jour où le programme de télé Strip-tease en a fait un personnage culte. En 1993, l'émission belge met en scène un marginal charentais inventeur d'une soucoupe prétendument volante, sa mère, Suzanne Saget, et son perroquet empaillé. Mais derrière le rêve d'étoiles se cache un drame rural. La trajectoire d'un homme qui a voulu voler et s'est brûlé les ailes. Successivement ouvrier agricole, marin, menuisier, numismate, aventurier malheureux ; abord d'une première soucoupe larguée dans l'Atlantique, star de télévision, "idiot du village", coupable idéal, taulard, Jean-Claude Ladrat aura passé sa vie à rêver d'un ailleurs. Il en passera une partie derrière les barreaux.

    «Coupez !» de Cameron McCabe – Ed Sonatine

    « Coupez !» de Cameron McCabe – Ed Sonatine

    « Coupez !» de Cameron McCabe – Ed Sonatine - © Tous droits réservés

    Un polar Hollywoodien entre roman noir et jeux littéraires. Années 30, Londres. Cameron McCabe travaille au montage d'un film, lorsque son producteur lui demande de couper toutes les scènes dans lesquelles intervient une jeune actrice, Estella Lamare. McCabe a du mal à comprendre cette décision aussi surprenante que soudaine. Le lendemain, le corps d'Estella est retrouvé dans la salle de montage. McCabe décide alors de mener seul son enquête. Il nous raconte ses pérégrinations dans le monde du cinéma et compte les suspects, nombreux autour de lui. Tout à coup, son récit s'arrête. Et l'affaire prend une tournure tout à fait inattendue. Publié en 1937 et inédit en France, Coupez !, qui évoque les intrigues particulièrement élaborées d'un Paul Auster, est d'une modernité tout à fait exceptionnelle. L'identité de l'auteur, qui est restée un mystère pendant des décennies, a elle-même donné lieu à une enquête passionnante relatée en annexe de l'ouvrage.
     

    «Les vacances du petit renard» d'Arthur Cahn - Ed Seuil

    « Les vacances du petit renard » d'Arthur Cahn - Ed Seuil

    « Les vacances du petit renard » d'Arthur Cahn - Ed Seuil - © Tous droits réservés

    "Hervé a levé ses bras pour y caser sa tête, comme ce matin dans le jardin. C’est sa pose. C’est comme cela certainement que Paul se souviendra de lui quand il sera de retour à Paris. Il sait déjà qu’il collectionne des souvenirs." Paul, 14 ans, arrive dans la maison de campagne familiale pour y passer les vacances d’été. Il y rencontre le meilleur ami de sa tante, Hervé, 45 ans, dont il tombe aussitôt amoureux. Dans l’oisiveté et la solitude de cette parenthèse estivale, il finit par télécharger une application de rencontres sur son téléphone. Arthur Cahn, né en 1984, a suivi des études de lettres puis de cinéma à la Fémis. Il a réalisé plusieurs courts métrages (Les Ravissements, Au loin les dinosaures, Herculanum,) qui ont récolté plusieurs prix au cours de leur sélection en festivals. Parallèlement à son activité d’écrivain, il prépare actuellement son premier long métrage.

     

    «Prière pour ceux qui n'ont rien» de Jerry Wilson – Ed Serpent à Plumes

     « Prière pour ceux qui n'ont rien » de Jerry Wilson – Ed Serpent à Plumes

    « Prière pour ceux qui n'ont rien » de Jerry Wilson – Ed Serpent à Plumes - © Tous droits réservés

    Bienvenue à Boise, Idaho, bienvenue dans les parcs et les réserves naturelles de la ville, bienvenue en enfer. Ici vous trouverez des essences rares de pins, des peupliers de Virginie, des écureuils bruns et des alcooliques rougeauds dévorés par les puces, sentant la merde et le vomi, qui donneraient leur mère, s’ils l’avaient connue, contre un cubi de rouge. Welcome to Boise ! Jerry Wilson a travaillé comme garde municipal dans ces parcs. Il a nettoyé jour après jour les canettes de bières, les taches les plus invraisemblables, les traces laissées par la lie de l’humanité. Il est devenu ami avec les clochards, les paumés, les homeless qui vivent sous des toits en moquette pourrie, aux pieds des arbres parmi les étrons, ou sous les ponts, dans des niches en béton. Il les a écouté déblatérer, a écouté leurs mensonges, leurs bravades. En nettoyant leurs déjections. Mais surtout il les a aimé. Ces gens-là ne durent pas bien longtemps. La plupart – tous ? – seront déjà morts quand vous lirez ces lignes. En leur mémoire, Prière pour ceux qui ne sont rien, Jerry Wilson a voulu témoigner de leur existence et du génie éternel de ces clochards célestes de l’Idaho. En véritable héritier de Bukowski et Steinbeck, Jerry Wilson donne la parole aux délaissés de l'Amérique de Trump. Une Amérique à la fois pathétique et émouvante.

    La joute de l'émission avec Stefan Liberski

  • La joute de l'émission avec Stefan Liberski

    • Cliquez pour visionner

      La joute de l'émission avec Stefan Liberski

Direct Vidéo

Les articles de RTBF TV

Plus d'articles