Les "derniers pour la route" de ce mardi 3 mai

Décor de Mille-feuilles
10 images
Décor de Mille-feuilles - © Tous droits réservés
Avis au férus de littérature, voici quelques idées de lecture supplémentaires !

« Mélodie de Haïkus » de Danielle Papeler – Ed. Société des écrivains

Parce quils reposent sur un nombre restreint de syllabes et quils doivent dans le même temps suggérer le plus, les haïkus sont comme autant de portes étroites. Textes courts devant déboucher sur des instants contemplatifs, méditatifs, réfl exifs, de rêverie, de silence intérieur, ils touchent, grâce à la plume de Danielle Popeler, ce point où la poésie, tout en se concentrant au maximum, explose en images, en sensations, en bouleversantes fugacités, en fulgurances gourmandes, en instants précieux De nos jours, les mots galopent, prolifèrent, vivent au rythme de lhypercommunication et en oublient peu à peu leur sens et leur musicalité. Ce mouvement, Danielle Popeler linterrompt avec ses haïkus, et fait retrouver aux mots leur souffl e, leur calme, les mondes quils recèlent. Et la poétesse de nous ouvrir ainsi des plages de paix où nous pouvons reprendre pied et goûter, pour quelques moments, la saveur de la langue et de lécrit.

« Hier en chemin » de Peter Handke - Ed. Verdier

Certains auteurs tiennent un journal : Peter Handke, lui, prend des notes tous les matins, dans des carnets sans dates précises qui, en marge de ses récits et de ses pièces de théâtre, sont comme le laboratoire de son écriture toujours en mouvement, le noyau intime d’une pensée jamais figée qui se refuse à conclure et se garde de mettre un point final à la formulation d’une idée. La publication du premier tome de ces carnets, À ma fenêtre le matin, qui couvrait les années 1982-1987, a révélé ce fascinant travail quotidien de clarification, d’explication de soi avec soi, dans une tradition d’écriture fragmentaire qui remonte, en langue allemande, au moins à Lichtenberg, mais qui se nourrit aussi de l’exemple des grands moralistes français. Hier en chemin représente la suite de ce grand œuvre et couvre les années itinérantes qui précédèrent l’installation de Peter Handke en France, années au cours desquelles l’auteur écrivit notamment La Perte de l’image, Voyage au pays sonore ou l’art de la question, Essai sur la fatigue, Essai sur le juke-box, ainsi que le scénario de son premier film, L’Absence (tourné en 1993). Tendue à l’extrême mais aussi jubilatoire, parfois érudite, souvent drôle, l’écriture vagabonde de Peter Handke fait de ces pages une fête de l’intelligence et de la sensibilité.

« Les affranchis » - Nil Editions

Nil éditions lance une nouvelle collection dédiée à des lettres fictives d’écrivains contemporains : Annie Ernaux « les autres filles », Nicolas d’Estienne d’Orves

« Le déchronologue » de Stéphane Beauverger – Ed. Gallimard/FolioSF

Au XVIIe siècle, sur la mer des Caraïbes, le capitaine Henri Villon et son équipage de pirates luttent pour préserver leur liberté dans un monde déchiré par d’impitoyables perturbations temporelles, Leur arme: le Déchronologue, un navire dont les canons tirent du temps. Qu’espérait Villon en quittant Port-Margot pour donner la chasse à un galion espagnol? Mettre la main, peut-être, sur une maravilla, une des merveilles secrètes, si rares, qui apparaissent quelquefois aux abords du Nouveau Monde. Assurément pas croiser l’impensable: un Léviathan de fer glissant dans l’orage, capable de cracher la foudre et d’abattre la mort! Lorsque des personnages hauts en couleur, au verbe fleuri ou au rugueux parlé des îles, croisent objets et intrus venus du futur, un souffle picaresque et original confronte le récit d’aventures maritimes à la science-fiction. De quoi être précipité sur ces rivages lointains où l’Histoire éventrée fait continûment naufrage, où les marins affrontent tous les temps. Car avec eux, on sait: qu’importe de vaincre ou de sombrer, puisque l’important est de se battre!

« Sylvia » de Leonard Michaels - Ed. Points

Leonard Michaels rencontre Sylvia Bloch en 1960 et l’épouse deux ans après. Leur relation passionnelle se termine tragiquement un soir de 1964. Ce n’est que trente ans plus tard qu’il décide de faire le récit quasi clinique de ce premier mariage. Dans Manhattan alors en plein bouleversement, le couple croise et se mêle à des cohortes de marginaux et d’intellectuels – de Miles Davis à Jack Kerouac, en passant par Lenny Bruce.
Newsletter TV

Recevez chaque jeudi toute l'actualité de vos personnalités et émissions préférées.

OK