Les "derniers pour la route" de ce mardi 23 novembre

L'équipe de Mille-feuilles
18 images
L'équipe de Mille-feuilles - © Photo I.Franchimont
Quelques suggestions littéraires supplémentaires pour les amoureux de la lecture!

"La Belgique de Papa" de Charles Henneghien et J.Beaucarne

"Sans projet précis, j'ai photographié mon pays, ses vertes collines et ses noirs terrils. Ses indigènes aussi, et leurs coutumes parfois étranges. Ce livre est comme un fruit tardif de ces vagabondages. Julos Beaucarne m'accompagne dans ce retour au pays natal. Grand voyageur, serait il, lui aussi, un homme-pirogue ? Je l'imagine volontiers debout, pieds nus dans le sable mouillé, le visage fouetté par le vent du large. Mais ce que cherche son regard est bien plus haut que l'écume des vagues. Son terroir, c'est les galaxies. Il s'envole et plane comme un Icare qui aurait gagné son pari". Charles Henneghien

"Festivus festivus" de Philippe Muray – Ed Flammarion

L'époque refait le monde, elle y met tous ses soins. Puis elle contemple son ouvrage et elle le trouve bon. L'écrivain Philippe Muray, dans ces dialogues avec Élisabeth Lévy réalisés peu avant sa disparition, se demande plutôt s'il y aurait quelque chose à en sauver. Au fil de sept conversations mouvementées, Muras et Lévy font assaut de désaccords, divergences, dissensions et discordes. Assez souvent aussi, ils tombent d'accord ; mais sur quoi, quand on ne sait plus de quoi est faite la réalité ? Pendant ce temps, l'événement passe et repasse. De Bagdad à Paris-Plage, de la Nuit blanche à la canicule noire, des intermittents en éruption au mariage gay, du Christ de Mel Gibson aux damnés de l'alter(mondialisme), du 11 septembre au 21 avril, nous suivons les aventures de Festivus festivus, " dernier homme " occidental, rebelle rémunéré, créature emblématique de la nouvelle humanité.
Et toujours revient cette interrogation lancinante, cette obsédante question de fond : y a-t-il une vie après l'histoire? La réponse est oui. Mais dans quel état !

"Le cercle des cendres" de Baltasar Thomass - Ed Philippe Rey

Qui est Friedhart Stahl, cet aventurier qui s'installe dans une famille de Munich pour devenir l'amant de la mère et le complice du fils de dix ans, sous le regard silencieux du père ? Pourquoi cet homme solitaire retourne-t-il sur l'île de Lanzarote, poursuivant un rêve qui pourtant avait déjà échoué ? Des années plus tard, le jeune garçon de Munich est devenu adulte. Parti sur les traces de Friedhart disparu, il essaie de renouer les fils de la vie de celui qui l'a sorti de l'enfance, mais aussi qui a brisé sa famille. Tissé de subtils aller-retour dans le temps, porté par une écriture apaisée, ce roman de la culpabilité allemande de l'après-guerre, de l'ivresse puis de la désillusion des années de révolte et de libération sexuelle, fait aussi ressortir les doutes et les complexes de la génération suivante qui a tenté de se construire sur le " cercle de cendres ". Car au long de leur quête placée sous le signe de l'excès, la même question hante les personnages : qu'est-ce qui nous pousse à nous acharner sur ce que nous savons être fait pour nous détruire ?

"Cent seize chinois et quelques" de Thomas Heams-Ogus – Ed Seuil

Cela se passe entre 1941 et 1943, dans les Abruzzes. Non loin du Gran Sasso, cette écrasante montagne qui impose sa force tellurique comme une ombre portée sur le temps. Par une de ces décisions absurdes et nocives dont le fascisme est friand, les Chinois de la péninsule ont tous été internés ici et constituent une étrange communauté, dont le mutisme est peut-être la meilleure protection. Ils sont à un moment cent seize, parfois moins, parfois plus. La vie s'écoule, sans but et sans substance. Un jour, les autorités organisent une grande cérémonie, drolatique et insensée, de conversion au catholicisme. Puis le labeur reprend, aux champs ou ailleurs, dans un mélange d'ennui, de désarroi et de fausse résignation, jusqu'au jour où tout bouge et où le groupe se disperse. Est-ce parce qu'ils étaient une masse silencieuse et disciplinée, est-ce parce qu'ils venaient d'ailleurs, de cet Orient lointain, que l'Histoire les a gommés ? L'auteur, en restituant une page oubliée de l'Italie mussolinienne, offre une métaphore de l'exil, de l'immigration et des menaces de l'intolérance.

"Bons baisers de la montagne" de Noémie de Lapparent – Ed Julliard

Rien de plus ennuyeux qu une station de sports d hiver quand on n a pas les moyens de se payer ni les remontées mécaniques ni la location de skis.
Pourtant, « Péril rouge », ainsi que la surnomme ses amis, a fini, faute de mieux, par accepter l invitation de ses cousins. Un soir, elle apprend l'existence d'un garçon étrange, vivant dans un chalet non loin de là, que ses parents ont tenu enfermé dans un placard depuis sa naissance.
Le jour de sa délivrance, à la mort de ses tortionnaires, Paul K., devenu adulte, a choisi de continuer à vivre seul dans sa ferme alpine, sans jamais mettre le pied dehors. Auprès des habitants de la région, il jouit désormais d une réputation de sage et malgré son isolement, on lui prête une connaissance profonde des sentiments humains ; on vient le consulter dans la détresse et chacun en ressort réconcilié avec lui-même. La jeune femme, elle, a toujours été attirée par les mystiques. C est décidé : Paul K sera son guide.
Au terme d une expédition calamiteuse, bien qu exaltante, Péril rouge parvient enfin à rencontrer l énigmatique ermite de la montagne.

"Le tombeau d'Alexandre le Grand" de Valério Manfredi – Ed JC Lattès

S’appuyant sur les récits antiques de Plutarque comme de Diodoro, l’auteur nous livre une passionnante reconstitution historique de l’époque. Il entraîne le lecteur dans un périple haletant qui commence dans la chaleur de Babylone où Alexandre meurt en 323 avant Jésus-Christ, à l’âge de 33 ans, de retour d’Inde. Les avis sur le lieu où se trouverait le mausolée d’Alexandre divergent. Selon Diodoro, un sarcophage en or massif martelé, cerclé de quatre sangles, tiré par des mules, aurait transporté son corps jusqu’à l’oasis de Siwa, dans le désert égyptien. Pour Pausania, sa sépulture se trouverait à Ege, en Macédoine. Selon Ptolémée, compagnon de route d’Alexandre, il aurait été inhumé à Alexandrie. Une partie de la ville ayant été immergée, le monument pourrait se trouver là. Ce livre d’histoire, qui se lit comme un roman, est fondé sur des données rigoureusement scientifiques. 

"Code 1879 "de Dan Waddell – Ed du Rouergue

Sur la piste d’un tueur en série sadique, un inspecteur londonien assisté d’un enquêteur généalogiste plonge dans un crime du XIXe siècle sur lequel sont calqués les meurtres, sans se douter qu’il figure sur la liste des futures victimes?

"Les folles journées de maman" de Estelle Meens et Elise Raucy – Ed Mijade

La maman d'Ernest et Marguerite, elle court, elle file, elle sprinte ! Mais quand la vie va trop vite, que tout défile, Maman freine et se pose le temps qu'il faut. Alors, pour toute la famille, c'est la fête !

"L'affaire du chien des Baskerville" de Pierre Bayard – Ed Minuit

Les personnages littéraires ne sont pas, comme on le croit trop souvent, des êtres de papier, mais des créatures vivantes, qui mènent une existence autonome à l'intérieur des textes et vont jusqu'à commettre des meurtres à l'insu de l'auteur. Faute de l'avoir compris, Conan Doyle a laissé Sherlock Holmes se tromper dans sa plus célèbre enquête, Le Chien des Baskerville, et accuser à tort un malheureux animal, permettant au véritable assassin d'échapper à la justice. Ce livre rétablit la vérité.
Newsletter TV

Recevez chaque jeudi toute l'actualité de vos personnalités et émissions préférées.

OK