Les agriculteurs font leur révolution

Les agriculteurs font leur révolution
Les agriculteurs font leur révolution - © Tous droits réservés

Antoine, Rachel, Charles, Céline, Anaïs, Jérémy... Six jeunes agriculteurs français débarquent au Salon international de l'agriculture et tentent d'y faire leur preuve. Entre agriculture bio et respect du bien-être animal, ces jeunes représentent l'agriculture de demain. Mais seront-il à la hauteur de "la plus grande ferme du monde" ?

Le monde paysan est en pleine révolution. Le Salon international de l'agriculture à Paris, avec ses 4000 veaux, vaches, poules et cochons, ses 650.000 visiteurs, ses milliers de fermiers qui viennent exposer leur savoir-faire et leurs produits d’excellence, est toujours un événement très attendu par les citadins. Mais le "manger mieux", l’écologie, la traçabilité des produits et le bien-être animal sont au cœur des préoccupations actuelles des consommateurs français. Et ça, la jeune génération d’agriculteurs l’a bien compris. Filles ou fils de paysans, citadins reconvertis, ils sont bien décidés à se battre pour lutter contre les préjugés et faire rentrer l’agriculture dans une nouvelle ère.

Parmi ces jeunes, il y a Antoine. Il a choisi de s’endetter lourdement pour racheter la moitié de la ferme de son père. Il veut tout miser sur la vente directe et les circuits courts pour changer de modèle économique.

Rachel était comptable, son mari lui était ouvrier agricole dans le melon. Il y a deux ans, ils ont acheté une ferme pour changer de vie. Ils produisent aujourd'hui du fromage de chèvre.

Charles vient de la Réunion avec plus de 1000 pots de confitures à vendre dans ses bagages. "Les confitures de la Fournaise" sont spécialisées dans les goûts exotiques et originaux : passion-litchee, mangue-passion et un improbable combava. 

À 41 ans, Céline est en charge de l’approvisionnement du foin pendant toute la durée de l'événement. Elle et son équipe se démènent pour nourrir les bêtes et garnir leur box. Pendant 10 jours, Céline et ses 4 salariés sont présents jour et nuit sur le site.

Entre son travail de commerciale à Rennes et la ferme-écurie de son grand-père, Anaïs a un peu mis de côté son désir d’enfant pour se consacrer à ses "chers" percherons. En vue du concours de beauté équestre. elle doit débourrer "Houpette", c’est-à-dire la monter pour la première fois, et réussir à la dresser, à seulement 15 jours du salon.

Quant à Jérémy, 19 ans, il a récemment gagné son ticket pour participer aux "ovinpiades", une sorte de décathlon du meilleur gardien de moutons. Y participer, c’est perpétuer la tradition, mais c'est aussi l’espoir de se faire remarquer pour trouver un travail.

Un documentaire d'Elodie Tinel et Guillaume Barthélémy à voir sur la Deux le mardi 31 mars à 20H30.

Newsletter TV

Recevez chaque jeudi toute l'actualité de vos personnalités et émissions préférées.

OK
On n'est pas des Pigeons
en direct

La Une

On n'est pas des Pigeons

On n'est pas des pigeons à la maison