"La vie de château" : un film d’animation positif pour aborder le deuil

Petite fille timide, Violette, huit ans perd ses parents dans un attentat à Paris. Désormais, elle vivra avec son oncle Régis, agent d’entretien au château de Versailles. Mais Violette le déteste : elle trouve qu’il pue. Alors elle décide qu’elle ne lui dira pas un mot. La petite fille têtue et le grand ours vont se dompter et traverser ensemble leur deuil.

Telle est l’histoire du touchant film d’animation "La vie de château", à voir le mercredi 13 novembre à 19h30 sur OUFtivi.

Contrebalancer la noirceur avec une touche de rêve

"Ce que je voulais depuis le début, c’était de parler d’une relation brisée, de deux personnes qui ne se connaissent pas (plus, puisque le personnage de Régis était brouillé avec la famille de Violette). Et je voulais qu’il fasse leur deuil ensemble, les films qui me touchent le plus sont des histoires de deuil justement." raconte la réalisatrice Clémence Madeleine-Perdrillat dans un entretien avec le site Cloneweb.

Cette œuvre graphique et littéraire, qu’elle a réalisée avec Nathaniel H’Limi, est née d’un appel à projet de France Télévision ayant pour thème les héroïnes contemporaines. "Et qu’y a-t-il de plus contemporain que le monde post-attentats dans lequel on vit ?" explique-t-elle.

"Il fallait aussi contrebalancer la noirceur des attentats par quelque chose, un lieu, qui ramène du rêve, avec l’imaginaire détourné du château et de la princesse. Arrive donc Versailles et son 'ogre'."

C’est ainsi qu’est né "La vie de château" que les réalisateurs ont emmené jusqu’au Festival international du film d’animation d’Annecy où ils remportent le prix du jury pour un spécial TV. Une histoire qui mêle deuil, imaginaire de l’enfance et tragédie collective avec sensibilité et espoir

3 images
FILMS GRAND HUIT
FILMS GRAND HUIT
Newsletter TV

Recevez chaque jeudi toute l'actualité de vos personnalités et émissions préférées.

OK