L'Art du Mensonge... un fabuleux duo d'acteurs

L’Art du Mensonge... un fabuleux duo d’acteurs
4 images
L’Art du Mensonge... un fabuleux duo d’acteurs - © Tous droits réservés

Londres, 2009. Roy organise des escroqueries afin d’arnaquer des gens. Surfant sur des sites, il fait la connaissance d'une riche veuve, Betty McLeish, qui lui ouvre sa porte... et son coeur. Rien ne semble plus facile que de la dépouiller...

La rencontre d’un fabuleux duo d’acteurs

À l’occasion de son tout nouveau film, " L’Art du mensonge " (l’adaptation du roman " Le Menteur " signé Nicholas Searle), Bill Condon nous offre un très grand plaisir : celui de réunir deux immenses acteurs, Helen Mirren et Ian McKellen.

Petit retour sur leur carrière respective.

Honneur aux dames, on commence avec Helen Mirren.

Comme souvent chez les actrices et acteurs anglais, tout commence avec une solide formation théâtrale. C’est le cas d’Helen Mirren qui fait ses premiers pas d’actrice à 18 ans sur les planches de la National Youth Theatre où elle interprète bon nombre de pièces de William Shakespeare. Elle poursuit sa carrière au théâtre à la très prestigieuse Royal Shakespeare Company.

C’est en 1969 qu’Helen Mirren, 24 ans, décroche un premier rôle au cinéma face à James Mason dans le film " Age of Consent " du grand réalisateur Michael Powell. Si c’est l’un des derniers films de ce réalisateur, il marquera surtout pour les scènes où la jeune actrice apparaît un rien dénudé !

Sa carrière se poursuit au cinéma, dans des rôles très divers qui vont du sulfureux " Caligula " de Tinto Brass au film d’aventure " The Mosquito Coast " de Peter Weir en passant par le rôle de la fée Morgan dans " Excalibur " de John Boorman et de la série fantastique culte, " La Cinquième dimension ".

Là aussi, comme toujours chez les actrices et les acteurs anglais, pas de réelle hiérarchie entre théâtre, cinéma et télévision. C’est ainsi qu’en 1991 elle entame la première saison de " Suspect N° 1 ", une série policière (que l’on vous recommande vivement) où elle interprète le rôle titre, celui de l’inspectrice Jane Tennison... un rôle qu’elle tiendra pendant 5 saisons et qui lui vaudra un Emmy Award en 2007.

Beaucoup de récompenses viennent jalonner la carrière d’Helen Mirren, à commencer par deux prix d’interprétation à Cannes, le premier en 1984 pour " Cal ", un film de Pat O’Connor et le second en 1995 pour son rôle de la Reine Charlotte dans " La Folie du Roi George ", réalisé par Nicholas Hytner.

C’est en 2007 qu’elle rafle la mise avec son inoubliable interprétation de la Reine Elisabeth II dans " The Queen ", le remarquable film de Stephen Frears, avec entre autres : un Golden Globe, un Bafta (l’équivalent en Grande-Bretagne des Magritte du cinéma), la coupe Volpi à la Mostra de Venise... et cerise sur la couronne : L’Oscar de la Meilleure Actrice.

Désormais, son nom sur l’affiche est le gage d’un film que l’on sera plus que curieux d’aller voir, les choix d’Helen Mirren étant toujours aussi exigeants qu’éclectiques... " L’art du mensonge " n’y échappe pas !

Ian McKellen

À l’instar d’Helen Mirren, c’est au théâtre que commence, en 1961, la carrière professionnelle de Ian McKellen avec en 1965 la National Theatre Company de Laurence Olivier qu’il intégrera. Entre 1974 et 1978, il passera lui aussi par la prestigieuse Royal Shakespeare Company.

Parallèlement au théâtre, qui lui vaudra de nombreuses récompenses, il fait ses premiers pas au cinéma en 1969, en Grande-Bretagne pour débuter, puis aux États-Unis après avoir triomphé à Broadway avec le rôle de Salieri dans la pièce " Amadeus " (il recevra à cette occasion un Tony Award, l’équivalent d’un Oscar au cinéma).

Dans les années 90 les rôles ne manquent pas, que ce soit au cinéma (" Last Action Hero ", " Richard III ", " Bent "... ) ou à la télévision (" Les Chroniques de San Francisco " adapté de la série de romans éponymes d’Armistead Maupin), mais sans que Ian McKellen ne se démarque vraiment.

Les choses changent en 1998 avec des films comme " Un élève doué " de Bryan Singer et " Ni Dieux, ni Démons ", sa première collaboration avec Bill Codon qui lui vaudra une nomination aux Oscars.

Sa notoriété grandit jusqu’à la consécration qui advient avec 2 trilogies : celle des " X-Men " réalisée par Bryan Singer, où Ian McKellen interprète le personnage de Magneto, et la saga désormais culte du " Seigneur des Anneaux " signée Peter Jackson, où il est à jamais le personnage de Gandalf  (l’occasion d’une seconde nomination aux Oscars, catégorie Meilleur acteur dans un second rôle).

À 80 ans, sa carrière se poursuit au théâtre, au cinéma et à la télévision !

Si Ian McKellen totalise moins de récompenses qu’Hellen Miren, il fut grandement honoré par son pays en étant fait chevalier commandeur de l’Ordre de l’Empire britannique pour son travail et ses contributions au théâtre, devenant ainsi Sir Ian McKellen.

Après " Ni Dieux, ni Démons ", " Mr Holmes " et " La Belle et la Bête ", " L’art du Mensonge " marque sa 4e collaboration avec le réalisateur Bill Condon. Un film a aller voir absolument !

Newsletter Tv - L'agenda Ciné

Recevez chaque semaine un condensé des sorties cinéma de la semaine, les actus de vos acteurs préférés, des concours.

OK