Garance Thenault (Jugée Coupable) : "Le personnage de Lola m’a habité pendant trois mois"

À l'affiche de "Jugée Coupable", l'actrice française s'est confiée sur les coulisses de la série. Découvrez les deux derniers épisodes de cette mini-série policière sur Auvio

Comment avez-vous été introduite à la série Jugée Coupable ?

Garance Thenault : La série a commencé à s’écrire il y a deux ans et demi, au sein d’une production pour laquelle je travaillais (Crimes Parfaits). Ils étaient en train d'écrire et ont pensé à moi pour le rôle. Ensuite, je n'en ai plus entendu parler, donc je me suis dit que ça n’allait pas se faire. Et puis un beau jour on m’a appelé pour me dire que le projet allait se faire. On m’a proposé de lire le scénario et si j’étais partante, c’était bon.

Qu’est-ce qui vous a particulièrement plu dans cette série ?

Ce projet était tellement aligné avec moi que c’était impossible de ne pas le faire. Premièrement, j'étais flattée qu’on me fasse confiance pour ce format qui est idéal pour un comédien : c’est assez long pour avoir le temps de creuser les personnages, mais il y a une vraie fin, donc on sait orienter sa trajectoire et on ne s’enferme pas dans un rôle. Ensuite, j’ai la chance d’incarner deux personnages à la fois (la mère et la fille) et donc d’explorer deux générations, comprendre le pourquoi et le comment des problèmes familiaux.

Vous jouez en effet à la fois Lola et Manon. C'était perturbant de devoir jouer deux personnages différents, parfois dans la même journée ?

Oui effectivement, comme on tourne par rapport au décor, il m'arrivait parfois dans une seule journée de faire les deux. Manon a cependant beaucoup moins de présence à l’écran, donc ce n’était pas tous les jours comme ça. Quand c’était le cas, ça demandait une souplesse d’esprit car il fallait se rendre disponible pour un personnage qu’on n’a pas l’habitude de jouer. Je devais faire un effort de concentration et de recherche d’émotions pour jouer Manon qui était plus éloignée de moi. À l'inverse, Lola m’a vraiment habitée pendant trois mois.

2 images
© 2020/RÉMY GRANDROQUES - FTV - EPISODE PRODUCTIONS

Quelles scènes ont été particulièrement difficiles à jouer ?

Quelques scènes physiques de Lola qui est un peu téméraire (rires). Ce qui était difficile, c'était surtout la préparation de ces petites cascades. Cela me stressait un peu, car il fallait relier la partie physique avec l’émotionnelle. Il faut aussi veiller à ne pas blesser son partenaire et être crédible à la fois. J’ai fait de la boxe pendant l’été pour me préparer à ne pas avoir peur d’affirmer mon corps et les coups sur le tournage.

À l'inverse, quelles ont été les scènes les plus agréables à tourner ?

Toutes celles qui sortent de l’intrigue familiale, notamment la rencontre amoureuse. Ces histoires d’amour qui commencent toujours mal et qui ensuite basculent, c’est toujours assez jouissif à jouer. On passe de rapports extrêmes entre les protagoniste. J'ai aussi aimé certaines scènes d’interrogatoire et d’arrestation, notamment une qui est assez violente. Ça m’a plu, car c'est des choses qu'on a pas l’occasion de vivre dans la vraie vie, donc c’est assez cathartique, ça fait du bien !

Qu'avez-vous appris sur ce tournage ?

C’est mon premier grand rôle dans une série de plusieurs épisodes, mais pas mon premier rôle à la télé. Ce qui était différent ici, c’était de tenir sur la durée. Quand on tourne un unitaire, après un mois de tournage, on a l’impression qu’on est au bout niveau fatigue. Ici ça m’a prouvé que je pouvais aller plus loin : la fatigue passe et le plaisir prend le dessus. Ça m’a prouvé que j’étais capable physiquement et émotionnellement de tenir.

Jugée coupable, épisodes 5 et 6 à voir en replay sur Auvio.

Newsletter TV

Recevez chaque jeudi toute l'actualité de vos personnalités et émissions préférées.

OK