" Dans la chaleur de la nuit ", portrait de l'Amérique raciste des années 60

« Dans la chaleur de la nuit », portrait de l’Amérique raciste des années 60
« Dans la chaleur de la nuit », portrait de l’Amérique raciste des années 60 - © KEVIN WINTER - AFP

Ce mardi 11 février, dans Classic ciné, un duo d’acteur impressionnant (Sidney Poitier et Rod Steiger) vous fera voyager dans une petite ville américaine afin de résoudre un meurtre… Alors, prêts pour la grande aventure ?

Une enquête criminelle, mais pas que…

Le pitch du film est le suivant : Dans une petite ville du Mississippi, un crime vient d’être commis. Un homme traîne ce soir-là, sur les quais de la gare. Il est arrêté sur le champ et accusé du meurtre… Motif : Il est noir et a beaucoup d’argent sur lui.

Dans cette petite ville sudiste, à l’ambiance poisseuse, étouffante et extrêmement conservatrice, Virgil Tibs (Sidney Poitier), alors innocenté, va collaborer avec les autorités pour débusquer le coupable du meurtre.

Mais ce détective afro américain, sera évidemment confronté au racisme organisé et très présent, des habitants de la ville.

Une enquête criminelle donc, mais pas que, puisque pendant tout le film, on retrouve cet équilibre parfait entre l’intrigue du polar et la dimension militante du propos. Un film qui nous emmène dans l’Amérique raciste des sixties et qui nous pousse à réfléchir, sans pour autant être moralisateur.

Sidney Poitier, un acteur militant

En à peine 2 décennies, Sidney Poitier est devenu un véritable symbole dans le cinéma. Il était le premier acteur noir à s’être véritablement imposé au grand public et entre 1950 et 1970, il n’a pas arrêté de jouer des personnages toujours mis dans des situations où l’intolérance est de mise.

En 1964, grâce à ses choix de films militants, il devient le premier homme de couleur à remporter un Oscar, pour le long-métrage " Le Lys des champs ".

Et attention, pas question pour Sidney Poitier de se contenter des rôles de victimes, de prisonniers. Ce qu’il veut, c’est incarner des positions prestigieuses ;

Élève doué dans Graine de violence ", médecin de renom dans le célèbre " Devine qui vient dîner " ou encore détective dans " Dans la chaleur de la nuit ".

Bref, Sidney Poitier, c’est un acteur qui a fait la différence à une époque où les choses étaient en train de changer lentement. Le film a été tourné 3 ans après l’adoption de loi sur les droits civiques, une loi qui devait mettre un terme à la ségrégation raciale aux Etats-Unis.

3 raisons de voir " Dans la chaleur de la nuit "

1° Il a obtenu une pluie de récompenses

"Dans la chaleur de la nuit" a été nominé sept fois aux Oscars en 1968 et a raflé pas moins de cinq statuettes.

C’était d’ailleurs la première fois qu’un film américain interdit aux moins de treize ans obtenait un Oscar du Meilleur film.

2° C’est le début d’une saga

Après le succès du film " Dans la chaleur de la nuit ", Sidney Poitier accepta de reprendre son rôle du détective Virgil Tibbs dans deux autres films : "Appelez-moi Monsieur Tibbs !" (1970) et "L’Organisation" (1971).

Le film a même été décliné en série télévisée de 1988 à 1994. Avec d’autres comédiens, mais une intrigue toujours aussi prenante.

3° La musique est top

C’est Ray Charles, grand collaborateur du compositeur Quincy Jones, qui interprète "In the heat of the night", la chanson du générique.

Séduits ?

Alors ne ratez pas " Dans la Chaleur de la nuit " qui sera au programme de votre soirée Classic Ciné, ce mardi 11 février à 21h05, sur la Trois.

  • Programme aussi disponible en version sous-titrée.
Newsletter TV

Recevez chaque jeudi toute l'actualité de vos personnalités et émissions préférées.

OK