"Claude François, les secrets inavouables": le documentaire qui révèle la face cachée du chanteur

Dans ce documentaire consacré au chanteur d’" Alexandrie, Alexandra ", on découvre son goût pour les jeunes filles, parfois plus proche de l’enfance que de l’adolescence.

 

Une mise en lumière qui a terni l’image du doux chanteur des sixties

Ce n’est pas le premier documentaire sur Claude François. Réalisé en 2018 par la même équipe, le reportage " Claude François, le dernier pharaon " avait déjà fait sensation en révélant au monde l’existence de Julie Bocquet, la fille illégitime de Claude François née de sa liaison avec une groupie belge d’à peine 13 ans à l’époque.

Une mise en lumière qui avait également mis en avant l’attrait du chanteur pour les très jeunes filles. Pourtant, ceci n’a rien d’une véritable révélation car à l’époque, la star des années 60 ne le cachait absolument pas. Il avait d’ailleurs déclaré lors d’une interview aimer " les filles jusqu’à 17, 18 ans. Après, je commence à me méfier ".

Déjà à la sortie de ce documentaire, l’image de Claude François fut fortement impactée.  Mais on n’a pas fini de parler du scandale puisque la RTBF a réalisé un second documentaire (disponible sur Auvio), intitulé " Claude François : les secrets inavouables " qui se penche davantage sur les différentes relations que l’artiste aurait eu avec des fans et son penchant pour les adolescentes qui, bien que tabou, était connu de tous.

Comment choisissait-il les groupies avec qui avoir une relation ? Son garde du corps les choisissait pour lui

Jean Marie Piton, le garde du corps de Cloclo était chargé de choisir une jeune fille pendant que le chanteur se douchait. C’est ce que Fabien Lecoeuvre, spécialiste de Claude François explique : " Quand il voyait une fille un peu jolie, il la faisait venir en coulisses, pas forcément toujours pour Claude, d’ailleurs, mais aussi parfois pour ses collaborateurs "

Dans le documentaire, on retrouvera également le témoignage de certaines fans qui ont pu rejoindre le chanteur. Parmi ces témoignages, la Belge Carine Lodewyckx raconte : " Je trouvais Claude beau, sautillant. Un jour, je suis montée sur scène. Son garde du corps savait qui j’étais. Il m’a laissé faire et j’ai embrassé Claude. J’étais amoureuse et je le suis encore quarante-cinq ans plus tard. "

Mais ce n’est pas tout, Carine explique davantage comment elle pouvait accéder à la loge de la star : " On faisait la file en backstage et on avait son tour pour rentrer dans la loge ".

Elle raconte alors sa propre rencontre avec l’auteur de " Comme d’habitude " en détail :

En 1974, ça a été mon premier tête-à-tête dans sa loge. On a flirté, fait quelques bisous. Et il m’a proposé de le rejoindre à son hôtel. J’avais 15 ans. J’ai d’abord refusé, car je trouvais qu’il fallait attendre 17 ans. Mais je n’ai pas tenu. J’ai craqué peu avant mes 17 ans. Ma première fois, c’était le 25 avril 1977, après un gala à Bruxelles. Le secrétaire m’a proposé de dormir dans sa chambre. Je me sentais mal, je n’ai pas pu lui dire non. J’ai franchi la porte, tremblante, paralysée par la peur. Il était allongé, m’a appelée près de lui. Et il m’a attrapée par le cou. Quand j’étais avec lui, il me disait que c’est moi qu’il aimait, même si je lui disais que je savais qu’il y en avait d’autres.

La pression a fait craquer ainsi beaucoup de jeunes filles amoureuses de la star et même si Carine déclare n’avoir aucun regret, d’autres n’auront pas la même expérience. Ce sera le cas de l’animatrice Sophie Darel qui explique comment Claude François a tenté d’abuser d’elle.

Il m’a fait venir dans sa chambre ", explique-t-elle. " Il m’a jetée sur le lit, j’ai refusé. Il ne m’a pas violée, ce n’est pas allé au bout, il a compris que je ne voulais pas. Mais ce soir-là, il était plus qu’insistant. On s’est même bagarrés. Son but était assez clair.

3 images
© Tous droits réservés

Garder l’enfant n’était jamais une option

Mais ce n’est pas tout, dans ce reportage on voit également comment Claude réagissait si une fille tombait enceinte : elles devaient toutes avorter. L’une des femmes témoignant de façon anonyme explique que lorsqu’elle est tombée enceinte, elle a dû se faire avorter dans la clandestinité à Bruxelles.

En rentrant à la maison, j’ai fait une hémorragie. Claude m’a dit que j’avais bien fait, car il n’aurait pas pu reconnaître cet enfant. Il ne voulait pas d’autres enfants que ceux qu’il a eus avec Isabelle. D’ailleurs, il a fait avorter Sofia (une de ses dernières compagnes officielles) plusieurs fois.

3 images
© Tous droits réservés

Les années 70, ou l’époque où l’on fermait les yeux

Tout ceci dans une époque où l’on fermait les yeux sur ce qui serait aujourd’hui de véritables scandales. Ce documentaire met véritablement en lumière, non seulement la personnalité dépravée et abusive du chanteur, mais également le la société des années 60 – 70 qui a, fort heureusement, changé aujourd’hui !

"De nos jours, Claude aurait sans doute quelques petits problèmes avec la loi " explique Dave, " C’était un macho, un peu phallo, avec très peu de respect pour les femmes, sauf peut-être pour sa mère. Cependant, il n’était pas le seul, loin de là. Tout le monde en profitait. "

" Claude François, les secrets inavouables " est disponible dès maintenant sur Auvio.


A lire également :

Claude François et ses secrets inavouables. Un documentaire inédit à voir sur la Une

Newsletter TV

Recevez chaque jeudi toute l'actualité de vos personnalités et émissions préférées.

OK