Avec "Les Chevaliers Blancs", Joachim Lafosse nous livre un 8e film toujours aussi sensible

Pour son 8e film sorti en 2015, le réalisateur belge s’est de nouveau inspiré d’un fait divers choquant. Après À perdre la raison, librement inspiré de l’affaire Geneviève Lhermitte, Joachim Lafosse a pris comme point de départ l’affaire de l’Arche de Zoé, cette ONG qui a tenté d’exfiltrer 103 enfants du Tchad vers la France, en 2007. Des enfants, présentés comme orphelins et proposés à l’adoption à des couples de Français. Une opération illégale qui avait échoué.

Vincent Lindon joue Jacques Arnault, président de l’ONG "Move for kids". Il a convaincu des familles françaises en mal d’adoption de financer une opération d’exfiltration d’orphelins d’un pays d’Afrique dévasté par la guerre. Entouré d’une équipe de bénévoles dévoués à sa cause, il a un mois pour trouver 300 enfants en bas âge et les ramener en France. Mais pour réussir, il doit persuader ses interlocuteurs africains et les chefs de village qu’il va installer un orphelinat et assurer un avenir sur place à ces jeunes victimes de guerre, mentant donc sur le but ultime de cette expédition.

Joachim Lafosse livre une relecture puissante de ce fiasco humanitaire et montre comment l'homme, animé de bonnes intentions, fait du mal.

Avec un prestigieux casting : Vincent Lindon, Valérie Donzelli, Louise Bourgoin, Reda Kateb, Bintou Rimtobaye, Joachim Lafosse signe un film tout aussi puissant que dérangeant. Il livre une relecture puissante de ce fiasco humanitaire et montre comment l’homme, animé de bonnes intentions, fait du mal. Le film questionne sur les ambiguïtés post-colonialistes. Le directeur de l’ONG, joué par Vincent Lindon, incarne à merveille la moralité. Mais entre sauvetage et enlèvement, entre orphelins et enfants dont les parents pauvres peinent à leur donner une vie correcte, et entre mission humanitaire et sombre business, il va se révéler plus ou moins détestable, à nous de voir.

3 images
© fabrizio maltese

Joachim Lafosse : une valeur forte du cinéma belge contemporain

Bientôt 9 films à son actif dont les inoubliables L’économie du couple et À perdre la raison. Joachim Lafosse est fan de sujets complexes qui questionnent les limites de l’être humain. Souvent, il nous bouscule. Souvent, il cherche à comprendre comment fonctionne l’homme. Et toujours, il nous pousse à la réflexion.

On est chanceux et fiers de ce réalisateur belge à l’aura internationale. Depuis Tribu, son 1er film court – de fin d’études - déjà récompensé à l’époque, pratiquement tous ses films ont été primés !

Son prochain long-métrage, le 9e, s’intitule Les Intranquilles. C’est l’histoire d’un couple (Leila Bekhti et Damien Bonnard) avec un enfant maniacodépressif. Un drame intime qui semble nous rappeler le mode en huis clos de L’économie du Couple. Le tournage a eu lieu l’année dernière durant le confinement. Il est terminé mais on ne connaît pas encore sa date de sortie.

Newsletter TV

Recevez chaque jeudi toute l'actualité de vos personnalités et émissions préférées.

OK