Archives Sonuma - Profils - Julos Beaucarne (1973)

Profils - Julos Beaucarne (1973)

1973. Voyage poétique, musical, humoristique et aussi absurde avec Julos Beaucarne. Comme tous les musiciens, il cherche le "LA", et le trouve en écoutant les poteaux électriques. Puis Beaucarne se glisse dans la fanfare de Neerheylissem, dans le Brabant Wallon, et nous le voyons jouer du bombardon à l'occasion d'un mariage. Plus tard, le chanteur nous révèle le secret de la propreté de Tourinnes-la-grosse dans une sorte de magazine du consommateur. Après quoi, il nous chante "Les sinistrés", une chanson en wallon d'Ecaussinnes, et "Le Meeting" (ou "Green Power"), nous entendrons aussi les musiques de "La fête" et de "Je ne songeais pas à Rose". Et le film vire à l'humour absurde lorsque Julos reçoit le Prix du Plan Incliné de Ronquières, un prix littéraire crée pour les besoins du film, pour son poème "Le Plan Incliné de Ronquières". La fanfare de Neerheylissem salue cette distinction en interprétant la musique de la chanson "Les bourgeois", avant de reprendre, enfin, le thème musical wallon "Temps d'sin raller" ("Temps de rentrer"). Ajoutons que les habitants du village de Neerheylissem ont participé au tournage, de même que les voisins de Julos à Tourinnes-la-Grosse.

Newsletter TV

Recevez chaque jeudi toute l'actualité de vos personnalités et émissions préférées.

OK