3 bonnes raisons de voir “L’économie du couple” avec Bérénice Bejo

Ce film du réalisateur belge Joachim Lafosse raconte la cohabitation difficile entre deux ex-époux et leurs deux enfants. Ce récit dramatique sera diffusé dans votre soirée "signé film" sur La Trois.

"L’économie du couple" vous plonge dans l’histoire d’une famille qui se déchire. Issue d’un milieu aisé, Marie (Bérénice Bejo) a épousé Boris (Cédric Kahn), avec qui elle a eu deux filles. C’est lui qui a accompli l’essentiel des travaux de la maison qu’elle a achetée… Un jour, après une énième dispute, ils décident de divorcer. Marie souhaite récupérer la bâtisse, dont elle est officiellement la propriétaire. Mais Boris, faute de moyens, ne parvient pas à trouver un autre logement. Il décide donc de rester sur place. La cohabitation s’avère vite difficile et chaque jour plus tendue. Les disputes sont continuelles. Marie ne supporte plus l’attitude de son ex-mari et Boris ne pardonne pas à Marie de l’avoir quitté.

2 images
© 2015/VERSUS PRODUCTION / F. MALTESE

Le scénario se suffit à lui-même pour nous donner envie de connaître le dénouement de cette histoire. Découvrons trois raisons supplémentaires de voir ce film :

Des jumelles choisies sans casting

Les deux actrices qui jouent les enfants du couple sont des sœurs jumelles dans la vie. La directrice de casting a vu une cinquantaine d’enfants et pourtant ce fut une évidence avec les jumelles. Le cinéaste nous raconte le casting :

"Quand je l’ai vue arriver, j’ai aussitôt demandé à sa mère si sa sœur voudrait jouer aussi. Je ne leur ai pas fait passer d’essais. Pour moi, il était évident que des jumelles seraient formidables, qu’elles allaient d’abord jouer ensemble puis avec Bérénice et Cédric. Il s’est avéré qu’elles avaient l’une et l’autre un énorme talent. Il m’est arrivé d’enchaîner quarante ou cinquante prises avec elles. Elles ont suivi : de vraies petites pros."

La maison comme personnage

Le choix de la maison était très important pratiquement au même titre que les acteurs. Elle devait représenter ce qui a été désiré par le couple et ne l’est plus à présent. Joachim Lafosse et le chef décorateur Olivier Radot ont représenté l’amour entre les deux personnages qui se vit difficilement, tout ça dans un seul lieu chargé en émotions.

Genèse du projet très forte

Le projet est né d’une rencontre entre le réalisateur et la scénariste Mazarine Pingeot. Dans Allo ciné, on apprend “qu’il avait tous les deux la volonté de montrer les émotions, très fortes, qui sous-tendent les conflits conjugaux et dont l’argent est très souvent le symptôme, le cinéaste explique :

"Mazarine a l’habitude d’écrire en binôme avec une autre scénariste, Fanny Burdino. Je travaillais de mon côté avec Thomas van Zuylen. Elles faisaient une version et nous l’envoyaient. Nous la retravaillions et la leur renvoyions. Et ainsi jusqu’à la préparation du film. À partir de là, je n’ai plus travaillé qu’avec Thomas et les comédiens. En ce qui me concerne, l’écriture n’est vraiment terminée qu’une fois le film tourné. Pour être juste, il faut chercher et essayer en permanence ; et, surtout, réussir à se débarrasser des idées pour permettre l’incarnation. L’écriture doit aussi appartenir aux acteurs pour qu’ils puissent s’emparer du jeu avec justesse et le film ne serait pas ce qu’il est sans leur apport."

“L’économie du couple” est à découvrir jeudi 26 mars à 21h15 sur La Trois.

Newsletter TV

Recevez chaque jeudi toute l'actualité de vos personnalités et émissions préférées.

OK
Fit tonic
en direct

La Deux

Fit tonic

Fit zen