Révolutionnaire : un soutien-gorge intelligent capable de détecter le cancer du sein

Le professeur et chercheur Elijah Van Houten et son collègue Alexis Lussiers Desbiens ont imaginé un soutien-gorge intelligent qui permet de détecter le cancer du sein et de suivre l’évolution de la maladie.

1 images
© Tous droits réservés

Voici un dispositif qui pourrait révolutionner la recherche : un soutien-gorge intelligent qui permet de détecter le cancer du sein. Il repère les tumeurs et permet de suivre l’évolution de la maladie sans utiliser de rayon X.

Imaginé par Elijah Van Houten, chercheur et professeur à l’Université de Sherbooke (Québec, Canada) et son collègue de l’Institut Interdisciplinaire d’innovation technologique (3IT), Alexis Lussier Desbiens, ce nouveau soutien-gorge analyse l’évolution des masses cancéreuses en temps réel et repère même les éventuelles réapparitions après guérison.

Il serait donc une alternative à la mammographie qui est extrêmement douloureuse car elle exerce une compression. Selon NeonMag, Van Houten aurait avancé que " Certaines femmes refusent de faire la mammographie, car c’est trop douloureux, mais c’est tellement important. C’est vraiment une maladie affreuse et vicieuse, qui peut se développer très rapidement si aucun suivi n’est effectué ". 

Le soutien-gorge intelligent n’est pas encore réalisé. " On se dirige vers le développement d’une équipe avec un partenaire industriel pour plus d’améliorations sur le prototype. Éventuellement on ira vers les tests cliniques. " a déclaré Elijah Van Houten.

D’autres dispositifs similaires s’apprêtent à voir le jour. Le Sbra ou "Smart Bra", conçu en Franche-Comté (France), devrait être commercialisé en 2021 et son homologue suisse mis au point par un groupe d’étudiant de l’Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne devrait être sur le marché en 2022.

L’ennemi des femmes

Chez la femme, le cancer du sein est la forme de cancer la plus répandue. 75% des cas surviennent après l’âge de 50 ans. Le dépistage est d’ailleurs fortement recommandé tous les deux ans aux femmes qui ont dépassé cet âge mais aussi aux plus jeunes qui ont des antécédents familiaux. La palpation et la mammographie restent conseillés même si les femmes ne sont, de prime à bord, pas à risque.

Newsletter Tipik

Restez informés chaque semaine des évènements et concours Tipik à venir.

OK