Les 5 films qui ont marqué la carrière de Michael Fassbender

L’irlando-allemand Michael Fassbender commence sa carrière de comédien à 16 ans en intégrant une troupe de théâtre. Après des études en art dramatique à Londres, l’acteur enchaîne les rôles sur le petit écran, notamment en 2001 avec Frères d’armes, une série produite par Tom Hanks et Steven Spielberg. Il fait son entrée dans le monde du cinéma six ans plus tard et n’en est plus sorti depuis. Action, drame, thriller ou science-fiction, le comédien est partout. Retour sur cinq films qui ont marqué sa carrière.

“Le Bonhomme de Neige”

Harry Hole (Michael Fassbender) est en charge d’une enquête terrifiante : des têtes de femmes sont retrouvées sur des bonhommes de neige à travers la Norvège. Hole, détective dans une section d’élite, accompagné d'une nouvelle recrue téméraire, vont vite constater que plusieurs affaires similaires non élucidées, ont le même procédé. Hole met alors tout en œuvre pour retrouver le serial killer.

Après seize ans de carrière aux côtés des plus grands (Tarantino, McQueen), Michael Fassbender s’essaye à des films plus expérimentaux, comme Le Bonhomme de Neige. Le film adapté d’un best-seller est destiné à être une réussite avant même sa sortie, mais c’est sur Fassbender que le réalisateur Tomas Alfredson, multi-récompensé, décide de tout miser. L’acteur devient l’atout majeur du film. Le Bonhomme de Neige est un succès au box-office, un nouveau pari réussi pour le comédien !

Retrouvez Le Bonhomme de Neige, le mercredi 3 février à 20h05 sur Tipik.

“Inglourious Basterds”

Dans Inglourious Basterds, Michael Fassbender est Archie Hicox, un lieutenant de l’armée britannique qui parle parfaitement allemand. Cependant, malgré cet atout majeur, Hicox se fait repérer par les Allemands qui le prennent pour un espion. Heureusement pour lui, le lieutenant Aldo Raine (Brad Pitt), commando en mission pour tuer un maximum d’allemands, lui vient en aide.

Si le public découvre Fassbender dans 300 en 2007, c’est deux ans plus tard, que l’acteur crève l’écran dans Inglourious Basterds. Avoir un rôle dans un film de Tarantino a contribué à faire de l'acteur une valeur sûre pour le cinéma. À cette époque, le comédien est encore loin de se douter que ce film est le premier d’une longue série de succès.

"Shame"

3 images
Michael Fassbender dans le film "Shame". © 2011/CINEART

Dans ce drame, Brandon (Michael Fassbender) est un acharné du travail et n’a qu’une obsession : le sexe. Malheureusement pour Brandon, sa sœur vient chambouler ses plans en s’installant chez lui. Le trentenaire a alors du mal à conserver son mode de vie et à l’assumer.

Shame, de Steve McQueen, est le second film de Fassbender aux côtés du réalisateur britannique. Avec ce film, McQueen propulse définitivement l’acteur sur le devant de la scène. Shame fait remporter au comédien trois prix, dont celui de la Meilleure interprétation masculine à la Mostra de Venise. Grâce à ce drame, Fassbender entre dans la cour des grands.

“X-Men : Le Commencement”

via GIPHY

Dans X-Men : Le Commencement, Michael Fassbender se glisse dans la peau de Magneto à ses débuts. Dans cette seconde saga X-Men, Magneto apprend à maîtriser son pouvoir : le magnétisme. Après ce long-métrage, l’acteur revêtira le costume de Magneto dans les trois autres films qui suivront à X-Men : Le Commencement. Durant huit ans, le comédien fait évoluer son personnage vers un Magneto de plus en plus sombre.

Grâce à ce film, Fassbender s’empare du cinéma hollywoodien. Son rôle du redoutable Magneto lui fait d’ailleurs gagner quatre récompenses dont le Scream Awards 2011 : meilleur acteur dans un film fantastique. Des consécrations qui prouvent que le comédien est capable de se fondre dans des genres différents, et que la science-fiction en fait bien partie.

“Steve Jobs”

3 images
Michael Fassbender dans le film "Steve Jobs" © 2015/UNIVERSAL PICTURES

Ce biopic sorti en 2016 dresse le portrait intime de Steve Jobs (Michael Fassbender) et raconte comment ce visionnaire a rendu l’ordinateur accessible à tous. Du Macintosh en 1984 à l’iMac en 1998, Steve Jobs montre le génie mais aussi l’homme instable et méprisable qui se cache derrière la marque Appel.

Si les critiques sont mitigées quant à ce biopic, le film est une consécration pour Michael Fassbender. Son interprétation du géant Steve Jobs est saluée par les professionnels et lui vaut plusieurs nominations dont une aux Oscars 2016 dans la catégorie "Meilleur acteur".

Ne manquez pas Le bonhomme de neige, ce mercredi 3 février à 20h05 sur Tipik.

Newsletter Tipik

Restez informés chaque semaine des évènements et concours Tipik à venir.

OK