La symbolique du “doudou” des enfants, au cœur d’un film avec Kad Merad

Contrairement aux idées reçues, un doudou n’est pas juste une peluche qu’un tout-petit trimballe partout. Cet objet fétiche est en réalité indispensable pour le développement d’un enfant. Il va lui servir de repère affectif et être un attachement psychologique. Il est donc préférable pour toute la famille que le doudou ne soit pas égaré. Un malheur dont Michel (Kad Merad) va faire les frais dans le film Le doudou. En voyage avec sa famille, il s’aperçoit que sa fille a perdu sa peluche dans l’aéroport de Roissy. Michel décide alors de tout faire pour la retrouver. Mais qu’est-ce qui rend ces doudous si indispensables ? Décryptage…

Retrouvez Le Doudou, ce lundi 25 janvier à 20h33 sur La Une, ainsi que ce mardi 26 janvier à 22h25 sur Tipik et sur Auvio.

L’objet transitionnel

Les doudous, ce ne sont pas de simples peluches, ils sont bien plus que cela ! Et si les auteurs du film Le Doudou ont pu construire un film entier sur ces bouts de tissus, c’est bien parce que ces objets anodins occupent une place centrale dans toutes les familles. En psychologie, le doudou est appelé “objet transitionnel”. Il s’agit d’une aide symbolique pour l’enfant afin qu’il fasse plus facilement la transition vers le monde extérieur.

Sa bulle affective ne va donc plus se limiter seulement à ses parents, il aura aussi son doudou. Grâce à lui, le bébé sera rassuré en l’absence notamment de sa mère. Le doudou permet à l’enfant de se dégager du besoin de sa maman, il le rassure et le console. Michel (Kad Merad) va l'apprendre à la dure ! Sans son doudou, sa fille ne dormira pas ! Et si sa fille ne dort pas, les nuits risquent d’être longues pour Michel.

2 images
Malik Bentalha dans le film "Le Doudou". © 2017/2018 ESKWAD - PATHE PRODUCTION - TF1 FILMS PRODUCTION - GIALLA PRODUCTIONS

La symbolique

Lorsque l’enfant de Michel perd son doudou, ce n’est pas une peluche qu’il perd, c’est toute une symbolique ! Car cet objet fétiche a une fonction indispensable, il va emmener le tout-petit vers son monde imaginaire et l’aider à structurer ses pensées. Il n’est pas rare de voir un bébé pensif lorsqu’il étreint son doudou, c’est tout à fait normal, le tout-petit crée un espace intermédiaire pour penser, créer et imaginer. Cet objet va ensuite l’accompagner dans d’autres activités d’éveil et petit à petit, l’enfant n’aura plus besoin de lui.

Cette nécessité d’avoir un doudou apparaît entre les trois et douze premiers mois de l’enfant, son besoin évoluera ensuite jusqu’à disparaître vers l’âge de trois et six ans. La séparation avec son objet fétiche se fera donc naturellement et progressivement. Et évidemment pas de manière traumatisante comme pour la fillette de Michel

Le conseil d'une pro

Anne Dumont, pédopsychiatre française, a un conseil pour tous les jeunes parents : acheter l'objet fétiche de votre enfant en plusieurs exemplaires. Cela pourrait vous éviter pas mal de mésaventures, comme celles de Michel que vous pourrez découvrir dans cette comédie à ne pas manquer, ce lundi 25 janvier à 20h33 sur La Une ainsi que ce mardi 26 janvier à 22h25 sur Tipik et sur Auvio.

Ce programme est également disponible en audiodescription

Newsletter Tipik

Restez informés chaque semaine des évènements et concours Tipik à venir.

OK