'A poil' pour tenter de vendre des disques - UPDATE

RTBF
RTBF - © Tous droits réservés

On en est là, alors ? Une ancienne finaliste de la StarAc à la limite du porno. Update: ses justifications.

Lucie Bernardoni était finaliste malheureuse de la StarAc 4 face à Grégory Lemarchal. Elle faisait figure de "gentille petite" qu'on n'imaginait pas, a prirori, faire des vagues. Elle revient pourtant avec un clip ultra-chaud dans lequel on la voit faire l'amour pendant plus de trois minutes. Certes, c'est simulé mais quand même, ça va assez loin. On ne sait pas si elle va vendre plus de disques mais son clip est vu et sera vu, forcément. La preuve, il y a encombrement de la bande passante et il n'est pas simple de le regarder. Essayez quand même ci-dessous.

Récemment, une chanteuse, Cam l'artiste, publiait cette vidéo où on la voit démarcher des maisons de disques nues.

La frontière du porno, on vous en parlait ici, avait même été très fort approchée par Allan Theo dans un clip extrêmement malsain qui explosait toutes les limites du trash. Cette fois, on vous le met aussi mais vous êtes prévenus: ça va très loin.

De manière générale, on est très mal à l'aise de voir ces chanteurs et chanteuses aux abois, prêts à tout pour créer un buzz que leur musique seule n'arrive pas à provoquer.

Mise à jour : Lucie Bernardoni s'est expliquée et n'a pas hésité à ressortir l'éternel cliché de la "mise en danger". "Je n'ai pas voulu choquer, ni faire un quelconque 'buzz' en choisissant de me montrer en train de faire l'amour. J'ai voulu faire un acte 'politique' et 'artistique' (...). J'ai voulu un clip sans compromis. Je me suis mise en danger pour offrir une parenthèse intime aux gens qui écoutent et aiment ma musique". C'est cela, oui.

Pour public très averti: le clip d'Allan Théo

Newsletter Tipik

Restez informés chaque semaine des évènements et concours Tipik à venir.

OK