Une liaison ferry lancée entre la Russie et la Corée du Nord

Une liaison ferry lancée entre la Russie et la Corée du Nord
Une liaison ferry lancée entre la Russie et la Corée du Nord - © Tous droits réservés

La toute première liaison maritime en ferry entre la Russie et la Corée du Nord, destinée à attirer touristes chinois et travailleurs nord-coréens a été lancée jeudi par une société russe, en pleine tension entre Pyongyang et les occidentaux.

Le Man Gyong Bong effectuera une fois par semaine l'aller-retour entre Vladivostok, dans l'Extrême Orient russe, et le port nord-coréen de Rajin, également appelé Rason.

La chaîne de télévision russe Rossia 24 a diffusé des images du navire dans le port de Vladivostok jeudi matin, indiquant que les badauds avaient été tenus à distance en raison d'un sac suspect abandonné.

Les passagers potentiels de cette liaison incluent "des Nord-Coréens allant travaillant en Russie et des touristes du Nord de la Chine à qui la mer manque", a expliqué à l'AFP le directeur de la société InvestStroïTrest, Vladimir Baranov.

Selon lui, 60 touristes chinois ont déjà réservé des places pour le prochain départ du navire d'une capacité de près de 200 passagers, qui dispose de 40 cabines ainsi que de bars et d'une salle de karaoké.

Le bateau "transportera aussi des marchandises, parce qu'actuellement la situation est terrible sur le plan de la logistique: il faut 22 jours pour transporter des marchandises entre Vladivostok et Rajin", a-t-il ajouté.

Le trajet en ferry prendra environ neuf heures.

Selon M. Baranov, des agences de tourisme russes ont également fait part de leur intérêt pour proposer des séjours en Corée du Nord à des touristes russes.

Interrogé sur l'accès au pays très fermé pour les voyageurs russes, il a expliqué: "C'est une zone économique et commerciale, donc il n'y pas besoin de visa, simplement d'une invitation que des agences de tourisme peuvent fournir".

Cette liaison est lancée en pleines tensions en raison des programmes nucléaire et de missiles de la Corée du Nord. Lundi, Vladimir Poutine a qualifié de "contre-productif et dangereux" un nouveau tir la veille d'un missile nord-coréen, mais il a également appelé à arrêter d'"intimider la Corée du Nord" et a prôné une solution pacifique.