Taxis volants : une trentaine d'acteurs pour développer une filière française

Volocopter "sera le premier acteur industriel à tester son véhicule VoloCity" sur l'aéroport de Pontoise, ont indiqué Choose Paris Region, l'agence de promotion et d'attractivité internationale de la région Ile-de-France, l'opérateur de transport urbain RATP et le gestionnaire des aéroports parisiens Groupe ADP.

Le transport individuel urbain de demain ?

En tout, 150 candidats de 25 pays ont répondu à un appel à manifestation d'intérêt lancé à l'automne et articulé autour du véhicule, l'infrastructure, les opérations, l'intégration dans l'espace aérien et l'acceptabilité par les riverains.

Outre Volocopter, qui présente la solution la plus mature selon les partenaires, ont été sélectionnés dans la catégorie "véhicule", Ascendance Flight Technologies, le constructeur français du VTOL hybride Atea pour passagers, Ehang, le constructeur de VTOL électrique chinois pour passagers, H3 Dynamics, le développeur singapourien de systèmes VTOL à hydrogène, le Slovène Pipistrel, constructeur d'avions électriques et de VTOL logistiques, Vertical Aerospace (Royaume-Uni) pour son eVTOL VA-1X de transport de passagers, l'Américain Zipline, constructeur et opérateur de drones logistiques, Airbus et Safran Electronics & Defense.

VoloCity, entièrement électrique, est équipé de 18 moteurs et neuf batteries. Il peut transporter deux personnes, dont un pilote. Il vole à 110 km/h, à une altitude de 400 à 500 mètres et avec une autonomie de 35 km.

Les prototypes seront dévoilés lors des JO de 2024 à Paris

Les tests réalisés à partir de juin seront la première étape du développement d'une filière de mobilité aérienne avec pour objectif de pouvoir proposer en 2030 "une offre commerciale" mais avec "un jalon important en 2024", celui de démonstrations à l'occasion des Jeux Olympiques et Paralympiques, selon Marie-Claude Dupuis, directrice stratégie, innovation et développement du groupe RATP.

"Nous prévoyons que l'Ile-de-France devienne l'un des plus gros marchés en Europe" pour la mobilité aérienne urbaine,a commenté Franck Margain, président de Choose Paris Region.

A l'horizon 2035, le marché européen est évalué "à 8 milliards d'euros".

La zone de tests a été étudiée avec les autorités de l'aviation civile pour "garantir la sécurité des vols et la bonne cohabitation avec le reste du trafic aérien", a commenté le directeur général exécutif de Groupe ADP Edward Arkwright.

"La France est une terre d'innovation, le succès de cet appel à manifestation d'intérêt le démontre une nouvelle fois", a commenté le ministre français des Transports, Jean-Baptiste Djebbari.