Qu'est-ce que la "ville aimable" ? On vous explique !

Le concept de la ville aimable permet d'imaginer l'urbain de manière à rendre la vie dans les rues agréables. Une notion qui va de pair avec les enjeux de ville durable.

Lorsque l'on parle "ville de demain", le défi majeur revenant sans cesse dans le débat n'est autre que la mise en place des principaux enjeux sociaux, économiques, environnementaux et culturels pour une ville durable. En cela, la ville durable est une ville aimable à travers la question de sentiment dans l'urbain.


Lire aussi : Les 20 villes les plus paisibles qui améliorent le bien-être mental de leurs habitants


Une ville aimable est une ville dans laquelle on se sent bien

Quelles relations entretenez-vous avec la ville ? La trouvez-vous trop bruyante, peut-être insalubre, ou au contraire bien aménagée ? Le concept de la ville aimable pose toutes ces questions.

Chacun entretient alors une relation personnelle avec l'urbain mais la définition d'une ville aimable au niveau collectif serait la suivante : une ville qui répond aux défis écologiques et où il fait bon vivre.

Par exemple, la multiplication des îlots de fraîcheur dans les grandes villes pour abaisser les températures s'intègre dans le concept de la ville aimable. Durable et aimable sont alors indissociables.

"Un petit pan de mur jaune"

En France, Denis Martouzet, professeur des universités en aménagement de l'espace et urbanisme au Département Aménagement de l'École polytechnique de l'Université de Tours, a longuement écrit sur la question.

"Demander aux gens de parler de la ville les amène quasiment systématiquement à opter pour un mode affectif."

Dans son livre "La ville aimable" (Presses Universitaires François Rabelais, coll. Villes et territoires, 2014), il explique : "Telle personne décrira les ambiances, les lumières, les couleurs, 'un petit pan de mur jaune'. Telle autre parlera avec effusion de ses rencontres avec un bâtiment, avec une personne, avec un petit coin de paradis qui prend la forme d'une arrière-cour, d'une placette, d'un souvenir de vacances ou d'enfance".

Ma cité idéale n'est pas celle de mon voisin !

Dans l'ouvrage "La Ville Pas Chiante", les auteurs illustrent à travers des exemples de quartiers et de villes (Île de Nantes, Projet Seine Arche à Nanterre, Campus Condorcet à Aubervilliers, SPL des deux rives à Strasbourg, Projet " Sol Facile " de Lyon Part-Dieu) quelles opportunités sont à saisir dans la ville aimable.

"Réintroduire le travail en ville, développer la coproduction et fabriquer des rez-de-chaussée vivants font également partie des actions des urbanistes pour tirer les citadins de l'ennui."

Face aux nouvelles formes urbaines et à ces changements rapides, la ville aimable ne sera pas la même pour tous. Il est d'ailleurs impossible de la faire apprécier de tous puisque l'affect demeure subjectif.