Les meilleurs souvenirs de vacances de la rédac : Chloé sur la côte Est des Etats-Unis

Quand la nuit tombe sur la Floride, le ciel devient poétique
8 images
Quand la nuit tombe sur la Floride, le ciel devient poétique - © Chloé Rosier

En ces temps de confinement où la plus grande aventure que l’on vit est d’aller faire ses courses avec un masque et des gants, il est parfois agréable de se rappeler les moments de découverte et de détente inoubliables que l’on a vécus.

Commençons cette série avec la web editor du site Tendance, Chloé qui est partie sur la côte Est des Etats-Unis.

Un mois de solitude (enfin presque)

J’avais réservé un peu sur un coup de tête, ce n’était pas un projet que je cultivais depuis des années et pour lequel j’avais particulièrement économisé. En octobre, j’ai posé un mois de congé pour janvier et j’ai réservé mon billet : Bruxelles – Philadelphie et Orlando – Bruxelles.

J’avais étudié l’itinéraire pendant quelques jours intensifs : par quelles villes passer, rentrer dans les terres ou rester sur la côte, quelles étapes sont faisables en train ou en bus ? Je voulais utiliser les transports publics et sentir les heures de voyage entre les différentes villes que j’allais visiter. Je n’ai pas le permis donc le train et le bus étaient mes seuls moyens de transport.

Voyager seule n’a jamais été une évidence absolue, ça m’est tombé dessus quand je me suis séparée et qu’on avait réservé un voyage en Guadeloupe où je suis finalement allée seule. L’expérience m’a beaucoup plu et j’ai recommencé de nombreuse fois depuis !

Ce voyage d’un mois, seule, sac à dos et chez l’habitant était une expérience incroyable. J’ai eu des moments de stress intense (en arrivant à 22h à Philadelphie dans un quartier peu recommandable), de joie profonde (une nuit dans le train à traverser 3 états), de sérénité absolue (observer un dauphin sauvage sur une chaise à bascule) et d’ennui (attendre 4 heures un bus dans une ville paumée au milieu de la nuit).

J’ai bien sur une ribambelle de très bons souvenirs de ce voyage mais j'en choisi deux à vous raconter.

Charleston, pour l’histoire

C’est mon premier gros coup de cœur du voyage. On était au mois de janvier et j’ai pu enlever gants, écharpe et veste et me balader en ville sous le soleil (en pull quand même). La ville est digne d’un décor de cinéma, on croirait que tout est en carton mais non, ce sont de vrais bâtiments avec des gens qui y vivent et y habitent, ce ne sont pas des figurants qui rentrent chez eux une fois la caméra éteinte.

C’est aussi dans cette ville que j’ai pu visiter un de mes premiers lieux historiques car les musées des trois villes précédentes (Philadelphie, Washington et Atlanta) étaient fermés dû au shut-down. J’ai donc pu visiter une ancienne plantation : Boone Hall. Un retour dans l’histoire des Etats-Unis à une époque où l’esclavage était normal. Chose rare, il restait les maisons d’esclaves qui étaient construites en brique dans cette plantation alors qu’elles sont le plus souvent en bois et donc détruites. Un témoignage rare d’une vie peu connue par les descendants des esclaves et le reste de la population.

Cette plantation a également été le lieu de tournage de plusieurs films, dont The Notebook (N’oublie Jamais). Le site est grandiose et les arbres donnent une impression de paradis mystique. Si l'on s'éloigne un peu du chemin tracé, à l’écart du flot des touristes (quand même rares en ce mois de janvier), il y a un ponton en bois, comme on en voit dans les films, avec des chaises à bascule qui attendent le chaland. Je me suis posée là pendant plus de deux heures en regardant l’eau soupirer et le soleil descendre rapidement dans des teintes douces et jaunes. J’ai même pu voir un petit dauphin sauvage passer. Un moment de poésie et de langueur auquel je repense souvent depuis.

Orlando pour Harry Potter

En tant que Potterhead, je ne pouvais pas passer l’occasion d’aller visiter les studios Universal en étant à Orlando. La Floride est un de mes états préférés (de ceux que j’ai déjà visités, le reste du pays me réserve probablement de très belles surprises) et y finir mon voyage a été une évidence dès les prémices du projet.

J’avais déjà été à Miami donc je ne voulais pas perdre de temps en descendant si bas et j’ai préféré passer 6 jours à Orlando pour pouvoir voir les parcs nationaux aux alentours, le Kennedy Space Center (la NASA) et les studios Universal.

Par manque de budget (un voyage comme ça, ça coûte bonbon même quand on réserve tout soi-même), je n’ai pu faire qu’un seul des deux parcs, celui qui contient le chemin de Traverse (Pré-au-Lard étant dans le second parc, accessible en Poudlard Express). À tous les fans d’Harry Potter qui me lisent, mettez ça sur votre Bucket List, c’est un endroit extraordinaire ! On est plongé dans le monde des sorciers, on se balade de boutique en boutique, chaque centimètre est dédié à cet univers magique, chaque détail est pensé.

On peut parler avec un gobelin (robot) de la banque de Gringotts, boire un verre de whisky Pur Feu, adopter un chien à trois têtes (en peluche bien sûr) dans l’animalerie, manger une glace chez Florien Fortarome, etc. Tous les quarts d’heure, le dragon de Gringotts s’enflamme, vous pouvez acheter une baguette magique et jouer à différents endroits qui lui répondent, envoyer une lettre depuis la volière. C’est un monde magique qui s’étend sur deux rues et deux places (ce qui peut paraitre peu) mais qui vous prendra 4 heures à découvrir si, comme moi, vous vous extasiez sur chaque détail. Un moment inoubliable !

Ce mois passé sur la route a été plus initiatique que je l'avais anticipé. J'ai affronté des peurs que je ne savais pas avoir, j'ai mangé des choses pas très bonnes mais offertes de bon coeur, j'ai discuté avec des sans-abris qui m'ont pris pour une des leurs, j'ai marché sur des routes sans trottoirs, j'ai rencontré des américains très différents mais qui avait tous une anecdote sur la Belgique à me raconter, j'ai vu Washington sous la neige, j'ai fait un tour dans un fort de l'armée et j'ai ramené des centaines de photos et de souvenirs.