Le camping a-t-il toujours la cote pour les vacances d'été ?

L'attrait grandissant pour les campings ne se dément pas à la veille des vacances d'été : certains affichent déjà complet et les professionnels s'attendent à un été comparable à l'avant-pandémie grâce à la demande domestique.

Certains campings français affichent déjà complet

"Sur la semaine dernière, c'est 50% de réservations de plus que la même semaine en 2020, qui était déjà une bonne semaine. On a déjà quelques campings complets", explique Mikaël Quilfen, directeur marketing chez Siblu, exploitant de 21 campings haut de gamme en France.

"Depuis la fin du mois d'avril, on a un taux de réservation très fort pour cet été", confirme Quentin Schaepelynck, directeur général de Homair Vacances, spécialisé dans les séjours en mobil-home, qui propose 130 destinations dont 104 en France.

"Aujourd'hui, sur la destination France, on pense qu'on va faire comme une année normale, le taux de remplissage est de 80% voire 90% dans certaines régions comme la Paca, la Corse. La Bretagne sera 'complète' avant la fin du mois de juin", assure-t-il.

La renaissance du camping a précédé la crise sanitaire

Le succès des campings n'est pas né avec le besoin de grands espaces suite au Covid, l'ascension se fait depuis une dizaine d'années. Ils "se sont progressivement imposés dans le paysage touristique français au point de représenter un marché de 3 milliards d'euros" avant l'effet Covid, qui leur a fait perdre 20% en 2020, selon Sébastien Manceau, associé expert du tourisme au sein du cabinet Roland Berger.

Cet engouement est notamment dû au développement de l'offre d'hébergement. Aujourd'hui, on ne parle plus de camping mais d'hôtellerie de plein air.

La caravane est remplacée par un mobilhome avec terrasse et petite haie pour vous abriter du regard des curieux. Et la piscine est devenue un centre aquatique.

"La demande domestique porte le marché"

"Le secteur a crû de 3 à 4% par an, surtout tiré par les 4 et 5 étoiles. Ce segment, progressivement, est allé prendre de la part de marché sur les résidences de tourisme et les clubs", explique Sébastien Manceau.

"Dans une année normale, 30% de la clientèle est étrangère, 70% est française. Je m'attends à une très belle année 2021 parce que 2020 a permis à des Français de découvrir le camping. Cela a été une année de recrutement", selon lui.

"C'est la demande domestique qui porte le marché", confirme Jérôme Mercier, directeur général de la plateforme de réservation campings.com, qui avait enregistré +200% de réservation en mai.

Chez Siblu, "la demande est très forte en provenance de la France". La demande depuis les Pays-Bas et l'Allemagne "reste timide par rapport à l'année dernière".

Les Allemands ont repris les réservations sur la France chez Homair Vacances "depuis quelques semaines", selon Quentin Schaepelynck. "D'habitude Allemands et Néerlandais représentent 30% de nos clients. Là, ce sera 10%", ajoute-t-il. Il note par ailleurs "depuis trois semaines, un boum des réservations des Français pour ses offres à l'étranger", surtout l'Espagne.

Les prix vont probablement s'aligner sur la forte demande

Sont aussi apparus les "néo-campeurs" repérés par campings.com : des familles jeunes avec enfants, aux revenus plus élevés et qui privilégient les bungalows et campings équipés de parcs aquatiques et de clubs pour les enfants.

Petite ombre au tableau estival : les tarifs devraient augmenter, selon Sébastien Manceau.

On compte en France 8.000 campings dont 6.000 étoilés. "Il ne se crée pas de campings, l'offre est limitée. Il y a de moins en moins de 'stock' et en face, de plus en plus de demande, donc les prix augmentent un peu", juge-t-il.