La maison à vendre la plus chère de l'histoire de l'immobilier à Londres

La maison à vendre la plus chère de l'histoire de l'immobilier à Londres
La maison à vendre la plus chère de l'histoire de l'immobilier à Londres - © Bus Photography - Getty Images

Alors que les experts estiment que 27 milliards de livres sterling de ventes immobilières ont été perdus par le verrouillage du marché immobilier à cause du coronavirus, un manoir londonien est actuellement répertorié pour un montant record de 185 millions de livres sterling.

La propriété de près de 11.000 m² a été conçue au début du XIXe siècle par le célèbre architecte britannique John Nash, dont les conceptions les plus connues comprennent le palais de Buckingham, Marble Arch et le pavillon royal de Brighton.

Surplombant le verdoyant Regent’s Park de Londres, le manoir de 28 chambres est considéré comme le premier logement privé entièrement conçu par John Nash à arriver sur le marché. Ce bâtiment classé a pu être transformé en deux maisons et 26 appartements avec 42 places de parking souterrain, selon le conseiller immobilier Savills Plc.

Malgré le prix demandé, Zenprop espère vendre le '1-18 York Terrace East' à une personne cherchant à acquérir une résidence privée, plutôt qu’à un autre promoteur.

"Rien de cette ampleur dans un emplacement aussi privilégié de Londres n’a jamais été mis en vente. C’est une opportunité de créer un domaine privé spécial et étendu dans les environs tranquilles de Regent’s Park, à quelques minutes de Marylebone High Street et du West End", Stephen Lindsay, directeur de Savills St John’s Wood, a commenté dans un communiqué.

Si l’immense manoir se vend à 185 millions de livres sterling (environ 204 millions d’euros), la transaction sera l’une des plus coûteuses de l’histoire du marché immobilier britannique. La propriété serait à la deuxième place après un manoir Knightsbridge de 20 chambres, qui s’est vendu pour plus de 200 millions de livres sterling (environ 221 millions d’euros) en janvier.

"Cela ne plaira pas à beaucoup de gens, mais nous n’avons besoin que d’une personne. Le genre de personne avec des milliards, qui veut un logement à Londres", a déclaré Derrick Beare, PDG de Zenprop, au Financial Times, ajoutant qu’il espérait attirer acheteurs potentiels d’Asie.