Instagram butler, un métier d'avenir ?

Young adult woman moving down to the sea
Young adult woman moving down to the sea - © FilippoBacci - Getty Images

Un nouveau métier dont on n’avait pas encore entendu parler.

Dans un monde où l’image de soi est plus importante que l’expérience elle-même, on n’est finalement pas étonné de voir jaillir des nouveaux métiers liés à Instagram, comme c’est le cas de l’Insta Butler.

Comme son nom l’indique, c’est un valet d’instagramisation. Vous partez en vacances dans un joli hôtel, dans un très bel endroit exotique de la planète (les Maldives par exemple) et, à côté du traditionnel concierge de l’hôtel qui vous prépare vos activités et sorties, il y a la personne qui va vous emmener dans les endroits les plus instagramables de la région. Équipé d’une panoplie d’accessoires pour vous permettre de vous montrer sous votre meilleur jour, connaissant les heures auxquelles les photos seront les plus jolies, le pont qui donnera parfaitement sur votre profil, ce valet vous permet de faire rêver vos followers.

Peu importe que vous ayez dû faire 45 minutes de file avant de prendre la photo, que le chapeau de paille et la paire de lunettes que vous portez ne vous appartiennent pas et ont été utilisés par 120 personnes avant vous, peu importe puisque la photo sera parfaite sur votre Instagram.

Des likes plutôt que des souvenirs

On se souvient de nos vacances, il y a 15 ans, avec nos appareils photos numériques de première génération qui n’étaient pas franchement foufous mais qui nous permettaient de faire des clichés souvenirs et de les partager avec nos amis proches et notre famille. On en faisait un bel album qu’on regarde une fois l’an quand un vent de nostalgie nous rappelle que c’était chouette le sud de la France en 2003.

Aujourd’hui, les photos que les jeunes (15-35) prennent ont pour but principal (1) d’être postées sur Insta et (2) de donner une image exotique et incroyable de soi et de sa vie. Des jeunes avouent même poster des images qui ne sont pas d’eux s’ils trouvent que les leurs ne donnent pas assez cet effet instawaou. Vos vacances seront de bons souvenirs si vos photos ont fait du like, sinon, êtes-vous vraiment parti ?

Braga vs Florence

Cette année, les European Best Destinations ont fait la liste des 15 meilleures destinations européennes. On se demande quelle est la base de leur classement et on a bien peur que ce soit leur instagramisation qui soit le point de départ de la liste. Sinon, comment expliquer qu’une ville comme Braga (qui est très mignonne, nous y sommes d’ailleurs allés il y a 7 ans, au moment où le nord du Portugal n’était pas aussi touristique qu’aujourd’hui) passe devant une ville comme Florence (qui est un joyau de la culture, de la gastronomie et de l’art italien) ?

Braga a une force majeure, un escalier instagramable à souhait. Vous l’avez forcément vu passer sur votre feed mais on vous le met juste pour le plaisir.

Rien à dire, cet escalier est superbe. Il y a également le château fort qui est très sympa à visiter ainsi que la cathédrale et les quelques rues marchandes. Mais de là à le proposer comme 2ème meilleure destination européenne, avant une ville qui regorge de centaines de choses à faire, à voir, à visiter, à admirer… On a des doutes sur l’ordre de la liste.

Où est la réalité ?

Les dérives sont nombreuses dans un système pareil. Si votre bonheur dépend du nombre de likes et que vos vacances ne vous semblent réussies que si vous avez gagné des followers, vous risquez d’être fort malheureux. Si vous choisissez vos destinations de vacances en fonction de leur instagramabilité, vous risquez de ne jamais découvrir les lieux, ne jamais vous ressourcer et toujours dépendre de votre téléphone. Si vous êtes derrière votre écran à regarder les clichés parfaits (ou parfaitement retouchés) des comptes que vous suivez, vous serez toujours déçus de la réalité. Il y aura toujours quelqu’un avec plus de likes, plus de belles photos, sur une plus belle plage que la vôtre.

Ne soyons pas trop cyniques, les clichés, ça existent depuis toujours et, si l'on remonte aux photos de touristes à Pise en 1993, ils étaient tous en train de poser dans la même posture (et si on essayait de l'empêcher de tomber? Super original). Le comportement est amplifié par Instagram et les réseaux sociaux. Dans tout ça, il y a encore quelques pionniers qui tentent un cliché hors des sentiers battus mais qui, malheureusement, sont souvent suivis par une masse sombre de milliers d'instagrammeurs qui feront la même chose. Dans ce système, non seulement on perd l'authenticité de certains lieux qui restaient secrets avant l'arrivée d'Insta, mais en plus, on arrive parfois à des dérives dangereuses pour les instagrammeurs et pour la destination. On pense notamment au fameux cliché dans le train de Ella, au Sri Lanka où les gens prennent la pose les pieds dans le vide.

Les millenials, qui ont grandi avec les réseaux savent, selon les experts, faire la part entre la vie réelle et la vie rêvée d'Isntagram. Ils ne sont pas dupes et savent que ces clichés incroyables sont retouchés et en représentent pas la réalité vécue. Mais qu'en est-il de ceux qui ne savent pas faire la part des choses et qui tombent en dépression?