Covid-19 : bientôt des bracelets connectés pour contrôler l'isolement des touristes ?

L'Australie réfléchit à instaurer un système de contrôle des quarantaines par bracelets connectés.
L'Australie réfléchit à instaurer un système de contrôle des quarantaines par bracelets connectés. - © Focus and Blur/Shutterstock

Les autorités australiennes réfléchissent à expérimenter des bracelets électroniques pour contrôler le respect de la quarantaine à domicile de certaines personnes en provenance de l'étranger, selon le quotidien The Age.

Une première expérimentation pourrait prochainement se dérouler dans l'État de Victoria, le plus touché par l'épidémie de Covid-19 en Australie. Si certains pays peuvent se permettre d'isoler les touristes dans de superbes hôtels comme c'est le cas en Thaïlande, d'autres ne peuvent compter que sur la parole des nouveaux arrivants.

Une aide à la gestion de la quarantaine des visiteurs étrangers

Ces bracelets électroniques pourraient être proposés dans le cadre de quarantaines de 14 jours à domicile alors que les voyages internationaux sont en passe d'être relancés en Australie. L'idée fait également son chemin en Asie, à Singapour, Hong Kong ou encore en Corée du Sud, où des expérimentations de ce type sont déjà en cours.

Le principe consiste à relier ce bracelet à une application mobile installée sur son téléphone, qui témoigne de la présence continue de la personne sur son lieu de quarantaine.

Ces données sont destinées à être consultées par un service de surveillance gouvernemental si nécessaire. A Singapour, le concept est encore plus intrusif puisque les personnes placées en isolement peuvent à tout moment recevoir des alertes, par SMS ou appels téléphonique, auxquelles ils doivent absolument répondre.

En Australie, ce nouveau dispositif devrait être temporaire et proportionné. Des discussions sont toujours en cours sur la façon dont les bracelets électroniques pourraient être déployés aux arrivées de certains vols internationaux. Actuellement, plus de 25.000 Australiens seraient toujours bloqués à l'étranger et souhaiteraient revenir dans leur pays.