Vers une hausse des prix des taxis et VTC à New York

Vers une hausse des prix des taxis et VTC à New York
Vers une hausse des prix des taxis et VTC à New York - © IrinaSen - Getty Images

New York est une ville notoirement chère mais les courses en taxi jaune ou en VTC, comme Uber ou Lyft, pouvaient rester jusqu'ici relativement abordables.

 

Cette époque pourrait être révolue, suite à deux décisions de justice rendues la semaine passée.

Toutes les courses à Manhattan vont être augmentées à partir du 3 février  d'une taxe forfaitaire, de 2,5 dollars pour les taxis jaunes traditionnels et 2,75 dollars pour les VTC, destinée à aider à financer la modernisation du métro et à désengorger les rues de la première ville américaine.

Chauffeurs et propriétaires de taxis jaunes avaient obtenu le blocage de l'entrée en vigueur de cette taxe, initialement prévue pour s'appliquer au 1er janvier, surnommée "taxe du suicide": selon eux, elle pourrait finir d'étrangler la profession, fragilisée par l'arrivée massive d'Uber, Lyft ou encore Juno sur le marché.

Mais une juge new-yorkaise, sans trancher sur le fond, a levé jeudi ce blocage. Et l'Etat de New York a annoncé vendredi que tous les taxis et VTC roulant dans une grande partie de Manhattan devraient appliquer la taxe dès samedi.

 

Cette taxe s'ajoutera au surcoût attendu de l'entrée en vigueur d'un salaire minimum pour les chauffeurs de VTC.

Cette mesure faisait aussi l'objet d'une demande de blocage, émanant des sociétés Lyft et Juno, deux concurrents d'Uber qui affirmaient qu'elle les désavantagerait par rapport au leader du marché.

Mais la juge Andrea Masley a refusé vendredi de reporter l'entrée en vigueur de ce salaire minimum.

Elle a néanmoins autorisé Lyft et Juno à placer les fonds correspondant à cette augmentation sur un compte bloqué, en attendant une audience sur le fond fixée au 18 mars, selon une copie de la décision.

Malgré les protestations des sociétés de VTC, la ville de New York, bastion démocrate, avait pris en août la décision inédite d'instaurer un salaire minimum horaire de 17,22 dollars pour les chauffeurs de VTC, souvent sous-payés.

Ce montant doit leur garantir, hors frais, l'équivalent du salaire horaire minimum de l'Etat de New York, soit 15 dollars de l'heure. Il devrait se traduire par une augmentation annuelle moyenne de 9.600 dollars par chauffeur.

 

Combiné au gel pour un an des nouvelles licences de VTC, également annoncé en août, la mairie espère ainsi aider les taxis traditionnels à se maintenir face aux VTC, après huit suicides de chauffeurs professionnels l'an dernier.

L'effet exact de ce salaire minimum pour les clients des VTC reste à confirmer mais selon une étude préalable, elle pourrait relever le prix des courses de 3 à 5%.