Tourisme durable : l'archipel de Blekinge, site pilote suédois pour l'Unesco, éprouve le modèle

Concilier protection de la nature et activité humaines, c'est le projet des "Réserves de biosphère" de l'Unesco. Dans l'archipel de Blekinge, on y parvient par une approche durable et raisonnée du tourisme, en collaboration avec les entreprises locales. La création de l'ARK 56, un circuit touristique durable, à pied, en kayak ou en bateau, permet d'y découvrir une nature protégée.

"Réserves de biosphère" : des sites préservés et durables

Depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, le productivisme et la consommation de masse ont fait basculer la Terre dans l'Âge de l'Anthropocène. En 40 ans, nous avons perdu 60% des populations d'animaux sauvages sur Terre. La décennie qui s'achève a été le théâtre de la disparition de plus de 400 espèces. Les scientifiques s'alarment et prédisent que l'Homme sera à l'origine de la sixième extinction de masse.

Depuis 1971, l'Unesco tente d'apporter une solution à cette situation à travers son programme Man & Biosphere. Il s'agit pour l'organisation de labelliser certains espaces comme étant des "Réserves de biosphère".

Il existe aujourd'hui 701 réserves de biosphère dans 124 pays, "des sites de soutien pour la science au service de la durabilité".

Il s'agit de lieux spéciaux où tester des approches interdisciplinaires afin de comprendre et de gérer les changements et les interactions entre systèmes sociaux et écologiques. Plus qu'une réserve naturelle, il s'agit de faire cohabiter l'Homme et la biodiversité locale.