Tourisme de mémoire: 7 lieux à visiter en France pour ne jamais oublier la Grande Guerre

Le Mémorial de Verdun
7 images
Le Mémorial de Verdun - © T.W. van Urk/Shutterstock

De nombreux chefs d'Etat s'inviteront sous l'Arc de Triomphe, à Paris, pour participer aux commémorations du centenaire de la Grande Guerre, le 11 novembre prochain.

 

Tour d'horizon de ces lieux à visiter pour mieux comprendre la Première Guerre mondiale.

La Bataille de Verdun

Le Mémorial de Verdun

Le paysage vallonné de Verdun a vu plus de 300.000 soldats tués et 400.000 autres blessés en 1916 et le mémorial qui s'y est installé constitue une destination majeure pour petits et grands qui souhaitent mieux comprendre les enjeux de la Première Guerre mondiale mais aussi le quotidien des poilus dans les tranchées. Construit en 1967, le musée retrace l'histoire de l'une des plus célèbres batailles de la Grande Guerre. Fermé durant trois années pour rénover et moderniser son approche historique, le Mémorial de Verdun a rouvert en 2016 à l'occasion du centenaire de la bataille. On y découvre des témoignages de Français et d'Allemands ainsi que 2.000 objets de collection, dont ceux des combattants ravivant l'émotion du terrible affrontement. Une présentation didactique recommandée avant un passage par l'ossuaire de Douaumont, où les dépouilles de 130.000 soldats reposent. 

La Bataille de la Somme

L'Historial de la Grande Guerre (Péronne)

Depuis Longueval jusqu'à Albert en passant par Rancourt, nombre de villes composent un parcours pour se souvenir la Grande Guerre dans la Somme, et particulièrement de la bataille éponyme, qui fut la plus sanglante. A Péronne, au sein du château médiéval, l'Historial constitue le point de repère pour comprendre toutes les facettes de la Bataille de la Somme, aussi bien dans son envergure militaire que sociale. Le musée est installé en plein cœur du champ de bataille. Sa visite doit être complétée par un passage à Thiepval, haut lieu de la mémoire des soldats britanniques et sud-africains tombés au combat, où un deuxième historial a ouvert en juin 2016. 450 m2 d'exposition sont consacrés à cette large page de l'Histoire. 

Mémoire de soldats

La Nécropole nationale de Notre-Dame-de-Lorette (Ablain-Saint-Nazaire)

Dans le Pas-de-Calais, à une vingtaine de minutes de Lens, voici le plus grand cimetière militaire français. Huit ossuaires regroupent les dépouilles de 20.000 corps, morts au combat sur les collines de l'Artois, et les restes de près de 22.000 inconnus. Une basilique de style néo-byzantin a été construite au sein de la nécropole. L'on découvre aussi une tour-lanterne, dont le phare est visible de très loin dans la région. Depuis 1920, des bénévoles se relaient chaque dimanche pour entretenir la flamme du souvenir. 

Les Batailles de la Marne

Le Mémorial de Dormans

C'est le Maréchal Foch lui-même qui décide de consacrer un lieu dédié à la mémoire des soldats morts durant les deux batailles de la Marne. Construit de 1921 à 1931, le site prend la forme d'une chapelle installée au sein d'un vaste parc mais aussi d'une crypte et d'un ossuaire. Les restes de quelque 1.500 soldats inconnus y sont conservés. Depuis le haut de son escalier monumental et le chemin de ronde, les visiteurs imaginent l'étendue du champ de bataille grâce à un panorama sur les environs. Le site est aussi une construction symbolique du franchissement de la Marne par les troupes allemandes. 

Investissement des troupes néo-zélandaises

La Carrière Wellington

Voilà une visite on ne peut plus concrète pour mieux saisir la réalité de la Grande Guerre. A vingt mètres sous les pavés d'Arras, on découvre un réseau souterrain capable d'accueillir jusqu'à 24.000 soldats. Une ville sous la ville, à l'initiative des forces britanniques et dont le but a consisté à préparer la bataille d'Arras. Grâce à ce réseau de défense, les soldats ont pu surgir et attaquer par surprise les Allemands grâce à une vingtaine de kilomètres de carrière creusés dans la roche. A la surface, les visiteurs découvrent les portraits et les objets du quotidien de ces soldats venus de l'autre côté de la planète pour prêter main forte au camp britannique

La fin de la guerre

Le Mémorial de l'Armistice

A Compiègne, siège de l'Armistice du 11 novembre 2018, le musée dédié à cette grande étape de l'Histoire conserve les témoins de la fin de la guerre. La pièce phare est un wagon identique à celui dans lequel le Maréchal Foch et les généraux allemands se sont installés pour signer la paix. Celui-ci a été aménagé à l'identique et décoré avec le mobilier d'origine, le véritable wagon ayant été brûlé par Hitler en 1945. Une scénographie, avec des images en trois dimensions, proposent aux visiteurs de saisir les grandes moments de la Première Guerre mondiale et les contours de l'Armistice.  

L'artillerie

Le Fort de Pompelle

Classé monument historique, ce témoin rémois de la Grande Guerre est le seul fort à n'avoir jamais été cédé aux troupes allemandes durant les combats. Etendu sur plus de deux hectares, le Fort de Pompelle est aujourd'hui le théâtre d'un musée où l'on découvre de plus près la vie des poilus dans les tranchées. Une collection de 560 coiffes de soldats allemands est présentée de façon unique. De l'artillerie ainsi que des uniformes d'époque complètent l'immersion.