Lyon étrenne sa Cité internationale de la gastronomie

Grand Hôtel-Dieu, Lyon
Grand Hôtel-Dieu, Lyon - © Eric Bascol - Getty Images

La Cité internationale de la gastronomie, consacrée au "bien manger" lyonnais et aux arts de la table français, ouvre ses portes aujourd'hui dans l'écrin du Grand Hôtel-Dieu.

 

Sise en plein centre-ville lyonnais, cette cité sera la première à ouvrir ses portes parmi les quatre (Lyon, Dijon, Tours, Paris-Rungis) prévues en France dans la foulée du classement en 2010 par l'Unesco du repas gastronomique des Français à son patrimoine culturel immatériel.

Disposée sur quatre niveaux fraîchement rénovés pour une surface totale de 4.000 m2 dans les bâtiments les plus anciens du Grand Hôtel-Dieu, qui datent du XVIe au XVIIIe siècle, cette cité propose un parcours permanent et des expositions temporaires, souvent sensorielles et participatives.

"Ce sera un lieu culturel et d'éducation avant tout", annonce son directeur, évoquant un espace consacré "autant à la cuisine étoilée qu'aux enjeux culinaires du quotidien".

Le parcours permanent, ouvert au connaisseur comme au profane, présente différentes façons de concevoir la gastronomie dans le monde mais aussi une plongée à la table des grands chefs emblématiques de Lyon et des expositions d'objets rares, comme le légendaire piano d'une tonne de feu Paul Bocuse.

Un "espace gastronomique" accueillera aussi des grands chefs en "résidence" qui, sur des thèmes précis (pays, produits), pourront partager leur talent et faire goûter leurs petits plats aux visiteurs. Parrain du projet, le chef triplement étoilé Régis Marcon en sera le premier invité.

Portée par la ville et la métropole, avec 2 millions d'euros chacune, et par le mécénat à hauteur de 10,5 millions, la cité adossée aux nouvelles Halles de Lyon restera ouverte 362 jours par an, pour une affluence espérée de 300.000 visiteurs.

L'entrée sera de 12 euros par adulte mais il faudra s'acquitter du double pour participer aux dégustations proposées par les chefs.