L'hôtel des stars à Los Angeles se mue en établissement privé

Le Château Marmont deviendra cette année un hôtel privé proposant un ensemble de services.
Le Château Marmont deviendra cette année un hôtel privé proposant un ensemble de services. - © VALERIE MACON / AFP

Havre de paix et terrain de jeu des stars depuis près d’un siècle, l’hôtel de luxe Château Marmont où se croisent célébrités tapageuses des années 80 et acteurs de l’âge d’or d’Hollywood, va se muer en établissement privé.

C’est dans cet hôtel néogothique, perché sur les hauteurs de Sunset Boulevard que Jean Harlow et Clark Gable ont vécu une passion torride, que James Dean a décroché son rôle dans "la Fureur de vivre", s’introduisant dans la chambre du réalisateur Nicholas Ray, et que l’acteur John Belushi est mort tragiquement d’une overdose.

La résidence de sept étages est aussi connue pour ses fêtes huppées mémorables, de la soirée d’anniversaire de Leonardo DiCaprio pour ses 21 printemps en 1995 à celle orchestrée par le couple Beyoncé et Jay-Z après la cérémonie des Oscars en 2020.

Un hôtel privé réservé à ses actionnaires

Si l’établissement s’enorgueillit de trier ses clients sur le volet, protégeant leurs secrets envers et contre tout, il s’apprête à devenir encore plus exclusif, a expliqué son propriétaire, Andre Balazs. Le Château Marmont deviendra cette année un hôtel privé proposant un ensemble de services, notamment une salle à manger privée, du personnel dédié et un espace de stockage à long terme à une poignée de membres détenteurs de parts dans l’hôtel.

"C’est comparable à un super yacht… Vous ne pouvez proposer ce type de services – et avoir des gens sur le pont – que s’ils sont soigneusement sélectionnés", explique M. Balazs, qui fut un temps le fiancé de l’actrice américaine Uma Thurman.

Aucune information n’a encore été divulguée sur le coût d’adhésion.... L’idée de cette transition trotte depuis des années dans la tête de l’homme d’affaires originaire de Boston mais le processus s’est accéléré avec la pandémie de coronavirus. "Le sens commun et un minimum de connaissances en matière de santé exigent que vous vous entouriez de moins de personnes", détaille-t-il. "En ce moment, cela vous permet d’être plus en sécurité et d’entretenir des relations plus intéressantes."

Un symbole d’Hollywood fermé au public ?

Le concept de clubs privés offrant des services exclusifs est davantage développé dans des villes comme Londres qu’à Los Angeles. Le Château Marmont, qui mixe chambres avec cuisine, salon et bungalows, vise une clientèle d’élites artistiques et riches "essentiellement nomades" lassée des hôtels de luxe traditionnels, selon M. Balazs.

Face à cette privatisation, des critiques se sont toutefois élevées à Los Angeles de la part de ceux qui craignent ne plus pouvoir dîner en face de leurs célébrités préférées.

"Il y aura toujours une dimension publique" au Château Marmont, rassure M. Balazs, "probablement le restaurant… et peut-être (y aura-t-il) aussi un aspect public dans certaines salles". La propriété "est autant, voire plus un symbole d’Hollywood que les lettres 'Hollywood' elles-mêmes… La rendre inaccessible n’est pas la bonne chose à faire", ajoute celui qui l’a acquise en 1990.

Rebondir économiquement après la crise sanitaire

Et pourtant, le Château Marmont "est depuis longtemps un club VIP qui fait semblant d’être accessible au public", souligne le producteur Shawn Levy dans les colonnes du Los Angeles Times.

"L’injection de frais d’adhésion et de cotisations de membres constituerait une aubaine en or pour le Château, qui comme la plupart des hôtels, a souffert pendant la pandémie", note aussi M. Levy, auteur d’un livre sur l’établissement, baptisé "Castle on Sunset". La majorité du personnel de l’hôtel a été licencié en mars, reconnaît son patron, qui a versé 100.000 dollars à une collecte de fonds pour les employés.

Avec ce projet, le nouveau Château Marmont opère un retour aux sources. Achevée en 1929, la résidence a été conçue comme un complexe d’appartements haut de gamme, inspiré du château français d’Amboise, dans la vallée de la Loire.

M. Balazs entend développer ce concept à Londres et New York, où il possède d’autres propriétés hôtelières, et dans des zones rurales, notamment "un spectaculaire château dans le sud de la France".