Dubaï lance la reconnaissance faciale dans les transports

Utilisée dans les aéroports ou dans la téléphonie mobile, la reconnaissance faciale est une technologie d'intelligence artificielle (IA) qui permet l'identification des personnes par la captation et l'enregistrement de la physionomie du visage.

Une identification rapide des individus suspects ou recherchés

"Ce système a montré son efficacité pour identifier les individus suspects ou recherchés", a expliqué l'amiral Obeid al-Hathbour, directeur du Département de la sécurité des transports (TSD) au sein de la police de Dubaï, lors d'une simulation d'attaque à main armée dans une fausse station de métro.

"Notre ambition est (...) d'assurer un haut niveau de sécurité dans tous les transports", a-t-il ajouté.

Lors de la simulation, organisée en présence du prince héritier de Dubaï cheikh Hamdane ben Mohammed, une unité spéciale de police est intervenue et a interpellé les assaillants, repérés grâce au système de reconnaissance faciale.

L'équipe d'intervention est en contact avec un centre de contrôle qui relaie les informations et données collectées.

L'émirat veut devenir une référence en matière d'intelligence artificielle

Ces unités spécialisées seront notamment déployées dans la grande station de métro desservant le site de l'Exposition Universelle qui se déroulera à Dubaï à partir d'octobre 2021.

Considérée comme la ville la plus "intelligente" du Moyen-Orient avec ses infrastructures ultramodernes, Dubaï, l'une des sept principautés formant les Emirats arabes unis, a l'ambition de devenir un centre mondial des technologies et de l'intelligence artificielle.

Déjà utilisée par l'armée, la reconnaissance faciale est à son stade d'"apprentissage automatique" dans les transports publics et sera mise en place dans les prochains mois dans toutes les stations, a indiqué Jamal Ahmed Rached, responsable du dossier au TSD.

Quid du respect de la vie privée dans l'espace public ?

D'autres technologies de pointe, utilisées pour faire face à l'épidémie de Covid-19, vont être généralisées dans et autour des transports, à l'instar des casques et lunettes intelligents ou encore des drones.

"Pour identifier une personne suspectée ou recherchée, il fallait au moins cinq heures. Maintenant, en moins d'une minute, le système vous donne des résultats complets", se réjouit M. Rached.

Plusieurs pays ont répandu l'usage de la reconnaissance faciale dans l'espace public, notamment la Chine ou Singapour. Experts et ONG mettent toutefois en avant des risques de violation de la vie privée et de surveillance de la population.