Amsterdam tombe doucement en ruine, la ville réagit après 5 ans de rapports alarmants d'experts

Amsterdam
4 images
Amsterdam - © Orgut Cayli - Getty Images

Les quais d’Amsterdam s’effritent sur les péniches, les vélos s’amassent aux fonds des canaux, des ponts menacent de s'effondrer… Amsterdam est à la dérive, il va falloir faire beaucoup de travaux.

Les récentes restrictions dues au Covid-19 ont soulagé la capitale néerlandaise du fléau du tourisme de masse mais ce n'est plus le seul problème d'Amsterdam si l'on en croit CNN. En effet, de récentes études relayées par les médias Néérlandais mettent en lumière une érosion sans précédent. La ville risque de s’effondrer dans l’eau si des travaux de grandes envergures ne sont pas rapidement lancés. Il va falloir beaucoup d'argent pour sauver l’architecture et l’histoire d'Amsterdam.

La structure de certains éléments est dangereusement instable

Amsterdam ne s'est pas construite en un jour. Au départ, les maisons étaient construites sur des pilotis en bois dans les terres marécageuses autour de la rivière Amstel. Si l'on peut se demander pourquoi choisir un lieu aussi instable, là n'est plus la question. Afin de garantir le service marchand, les habitants ont creusés des canaux pour pouvoir naviguer avec les marchandises, rendant encore plus instables cette structure. Sont arrivés ensuite les pierres, les structures en dures, les rues et puis le béton.

Mais la base d'Amsterdam reste un sol marécageux à la base, c'est pourquoi, tout comme Venise, elle a besoin d’être examinée de temps en temps pour vérifier que la structure est toujours stable.

Malheureusement, la municipalité n'a pas fait son devoir pendant un assez long moment pour que l'on se rende compte aujourd'hui qu'il y a un réel problème : 1600 ponts et 200 kilomètres de canaux doivent être vérifiés attentivement et, si nécessaire, remplacés !

Et ce n'est pas par manque de temps ou de compréhension du problème puisque, comme la chaîne d’information locale AT5 l'a révélé, les autorités responsables recevaient des avertissements d’experts depuis cinq ans. D’après AT5, un plongeur aurait même refusé d’effectuer des inspections sous l’un des vieux ponts d’Amsterdam par crainte d’un effondrement.

C’est seulement cette année que les choses ont changé et que le message est apparemment passé.

22,5 millions d’euros par an

Il aura fallu plusieurs accidents de murs effondrés avant que la fonctionnaire (Sharon Dijksma) chargé de superviser la circulation et les transports ne demande un rapport indépendant sur la situation. Évidemment, il n'est pas positif : au moins 5% des 200 kilomètres de murs de canaux en brique de la ville sont en mauvais état, augmentant ainsi le risque d’affaissement.

Le rapport ne fait pas que pointer tous les endroits qui doivent être analysés et certainement réparés, il recommande également de modifier la manière de fonctionner de la ville. Le but étant d'empêcher une plus grande dégradation des structures. Il propose notamment de couper des arbres dont les racines et le poids rendent les murs des canaux friables, de supprimer des places de stationnement sur les bords des canaux (ce qui d'ailleurs rendrait la ville plus jolie) et de fermer des routes aux véhicules de plus de 3,5 tonnes qui font trembler les rues, les maisons et les canaux.

Si la municipalité a pu faire des économies pendant quelques années en ne s'occupant pas à 100% de ce problème, ils vont devoir augmenter le budget pour les prochaines années puisqu'il faudrait selon CNN 22,5 millions d’euros par an pour les travaux de maintenance...

Heureusement, maintenant que la sonnette d'alarme a été tirée, les réactions sont en cours : six ponts ont déjà été partiellement ou entièrement fermés et des mesures d’urgence ont été prises pour certains endroits particulièrement vulnérables le long des canaux. Au total, ce sont 27 ponts qui seront rénovés d'ici 2023 ainsi qu'environ 3800 mètres de murs de quai pour un coût total estimé à 450 millions d’euros.

Un changement d’utilisation de la ville semble nécessaire

"La gestion des murs de quai et des ponts a pris du retard au cours des dernières décennies car elle n’a pas reçu la priorité politique qu’elle mérite et ce n’est pas un sujet sexy", explique Sharon Dijksma. "Rétablir la maintenance des structures à un nouveau niveau est une tâche complexe, vaste et urgente." Selon Dijksma, déjà 20 sites d'Amsterdam sont actuellement fermés au trafic intense et d’autres vont suivre. "La sécurité passe toujours en premier, mais c’est un énorme casse-tête pour garder la ville accessible et vivable", ajoute-t-elle.

Mais, comme dit plus haut, les réparations sont une réaction a posteriori alors qu'il est possible pour la ville de mettre en place des règles qui pourraient prévenir plutôt que guérir.

"La ville était autrefois construite pour le cheval et la calèche, mais maintenant, d’énormes camions roulent sur les mêmes quais et ponts", explique Sharon. 

"Nous devons changer cela pour éviter des dommages à l’avenir. Cela signifie que nous devons examiner la logistique de la ville et l’améliorer, par exemple en créant des hubs à la périphérie de la ville, à partir desquels les marchandises sont acheminées vers la ville avec des transports plus légers et plus propres."

Une belle initiative mais qui risque de ne pas suffire. Les experts pensent que dorénavant, la ville sera toujours en travaux pour tenter de maitriser les dégâts.