4 autres églises majeures de Paris à visiter pour dompter la frustration pendant la fermeture de Notre-Dame

Le Sacré-Coeur abrite la plus grande cloche de France
4 images
Le Sacré-Coeur abrite la plus grande cloche de France - © jacquesvandinteren / IStock.com

Défigurée par un incendie le 15 avril dernier, la cathédrale Notre-Dame de Paris ne peut plus être une étape dans le parcours de visite des touristes. Pourtant, si ses 850 ans d'Histoire concourent naturellement à sa légende et à son attrait, d'autres édifices religieux parisiens méritent tout autant d'être découverts. Voici pourquoi.

Basilique du Sacré-Coeur (XVIIIe)

Combien de touristes qui ne prévoyaient pas à l'origine d'entrer dans la basilique du Sacré-Coeur changeront finalement d'avis compte tenu de la fermeture de Notre-Dame? Si les deux édifices religieux n'ont évidemment rien à voir, ils ont pour point commun de structurer le panorama parisien et d'en être des symboles. Tout comme Notre-Dame, les Parisiens se souviennent-ils que le Sacré-Coeur est aussi une église? Loin de n'être qu'un promontoire pour observer la ville lumière à 360°, l'intérieur du monument mérite aussi d'être visité, même si sa construction est récente (consacrée en 1919). Son plafond est en effet décoré de la plus grande mosaïque de France. Qui plus est, son accès est gratuit (seul l'accès au dôme et à la crypte est payant). Le Sacré-Coeur abrite la plus grande cloche de France, nommée "La Savoyarde". 

Saint-Eustache (Ier arrondissement)

Situé dans le quartier des Halles, l'édifice religieux dispose de l'un des plus grands orgues de France. Et le lieu est déjà connu des amateurs de musique classique, qui viennent assister au programme de concerts qui jalonnent le calendrier. Construite en 1532, Saint-Eustache offre de vastes dimensions, qui portent à croire qu'il s'agit d'une cathédrale. Outre ses mensurations qui ne déplairont pas aux touristes, Saint-Eustache s'inscrit pleinement dans l'Histoire de Paris: Molière et Richelieu y furent baptisés. Mozart y enterra sa mère tandis que Hector Berlioz y joua son fameux "Te Deum" en 1866.

Saint-Germain-des-Prés (VIe)

A ne pas confondre avec l'église Saint-Germain-de-l'Auxerrois, incontournable également puisque l'édifice a vécu le massacre de la Saint-Barthélémy en 1572. Tout aussi intéressante, l'église de Saint-Germain-des-Prés dispose d'une place toute particulière dans l'Histoire de Paris: elle est la plus vieille de la ville. Fondée en 543, elle était à l'origine une abbaye bénédictine. Elle fut la nécropole royale avant que la Basilique Saint-Denis ne soit construite. Par ailleurs, l'église de Saint-Germain-des-Prés constitue le seul témoignage de l'art roman à Paris. Elle devient ensuite l'un des premiers édifices religieux à arborer l'art gothique en France, mais aussi dans le monde! Lorsque son chœur est consacré, les travaux de Notre-Dame de Paris commencent à peine....

Saint-Sulpice (VIe)

Ce n'est pas un hasard si les célébrations de Pâques prévues à Notre-Dame de Paris ont été délocalisées à Saint-Sulpice. Outre sa proximité avec l'iconique cathédrale, ses dimensions la portent comme l'un des plus grands édifices religieux de Paris. Ses fondations remontent au XIIe siècle mais sa construction date du XVIIe siècle. Saint-Sulpice est déjà un passage obligé pour les lecteurs qui se sont passionnés pour le roman de Dan Brown "Da Vinci Code", dont le monument est au cœur de l'intrigue. On y découvre aussi des peintures d'Eugène Delacroix.