Les weekends insolites de la rédac : les cabanes de Rensiwez

Les weekends insolites de la rédac : les cabanes de Rensiwez
7 images
Les weekends insolites de la rédac : les cabanes de Rensiwez - © Tous droits réservés

Tendance démarre une nouvelle série d’hôtels. Si l’année passée nous vous avions donné des idées pour prendre soin de vous le temps d’un weekend dans des jolis hôtels (abordables), cette année, nous vous emmenons découvrir des hôtels insolites!

Les cabanes de Rensiwez, c’est un domaine au milieu des bois qui compte 18 chalets.

Où allons-nous?

Les citadins ont parfois (souvent) besoin de retrouver la nature. S’ils ne s’en rendent pas compte quand ils sont en ville, ils se réveillent de leur torpeur bruyante une fois arrivés dans les champs. Point de champs autour de nous ce weekend mais une forêt de sapins ardennais.

Dès qu’on quitte l’autoroute, le dépaysement démarre et on se balade sur des petites routes à travers les villages ardennais aux pierres grises. Sous le soleil, on se sent comme Thelma et Louise cheveux au vent (parce que l’air-co ne fonctionne pas et que c’est un des derniers beaux weekends de septembre), musique à fond et vocalises de mouettes (c’est pas parce qu’on chante mal qu’on ne peut pas se faire plaisir en beuglant nos tubes préférés).

Les cabanes de Rensiwez

On s’enfonce de plus en plus dans la forêt (merci le gps) et on passe un petit pont qui nous amène sur un parking des plus bucolique le long d’un rivière qui chante (elle aussi), avec deux tentes jaune fluo (qui font un peu tache dans ce paysage naturel). Une jeune fille nous accueille et nous explique le fonctionnement : une clé, un plan (utile), une lampe de poche (parce qu’il n’y a pas d’éclairage public), une boite d’allumettes (pour jouer à Koh-Lanta) et une tablette (moins utile puisqu’il n’y a pas de wifi). Nous jetons un coup d’oeil autour de nous et découvrons la caverne d’Alibaba version gastronomique : des produits de la région, du vin et des bières, de quoi se faire un festin pour cette soirée qui s’annonce mémorable. Un panier de Blanche-Neige (ou était-ce celui de la Belle au bois dormant?) remplis de victuailles et le plan en main, nous nous dirigeons vers notre cabane (Isabelle de son prénom) en longeant la rivière qui chante toujours.

 

La cabane est entièrement en bois (du sol au plafond en passant par la baignoire) et mon regard de pyromane en puissance est directement attiré vers le poêle qui nous promet une soirée au crépitement du feu. Nous faisons un petit tour des lieux : deux espaces nuits (parents-enfants), une petite cuisine, un espace salon et une salle de bain. On se croirait téléportées en Scandinavie et on ne serait pas étonnées de se retrouver nez à nez avec un cerf en sortant du chalet. Nous remarquons également le feu de bois dehors qui sert aux barbecues quand le temps le permet (c'est-à-dire pas maintenant).

L’appel de la foret

En bonnes citadines, nous nous extasions devant une vache. Alors imaginez notre émoi lorsque nous sommes au milieu de la forêt. Nous avons vite déposé nos sacs, mis nos baskets et pris notre appareil photo pour aller se balader dans les environs. Nous visitons le domaine et découvrons des cabanes qui ressemblent aux nôtres, une dans les arbres, une avec un sauna norvégien et un bain nordique (quand il neige, ça doit être magique) et puis, au hasard de nos pérégrinations, nous tombons sur un petit bois. Le summum de la nature, des champignons, des arbres, de la mousse (mais où sont les fées?). Nous passons une heure à contempler la vallée, assises sur un tronc. Que vous soyez citadin ou campagnard, aucun doute que vous passerez un moment d’extase et de bonheur au son du vent dans les sapins et de la neige qui tombera (bientôt peut-être?).

Une soirée mémorable!

En rentrant dans la cabane, à moitié frigorifiée, je me lance dans le défi Koh-Lanta d’allumage du feu. Heureusement, nous ne sommes pas sur une plage avec deux morceaux de bambous mais dans une joli maisonnette avec tous les instruments pour faire des étincelles. Sans surprise, la fumée a rapidement commencé à sortir de la petite cheminée (quelle fierté).

Le panier de Banche-Neige répandu sur la table, le jeu de société (que nous prenons toujours pour nos weekends) paré, les deux verres de vin remplis d’un rouge (acheté sur place), la soirée pouvait commencer. Et quelle soirée! Au son du crépitement du petit bois s’enflammant dans le poêle, aux ombres de la lumière feutrée, aux rires d’un jeu qui n’en fini pas et d’une bouteille qui se vide doucement mais sûrement. Un cadre magique pour une soirée qui ne l’était pas moins.

Debout les marmottes

Nous avons dormi comme des bébés (marmottes) dans des lits très confortables et sous des plaids en (fausse) peau de bêtes. Point de mal de crâne de lendemain de veille (en jeunes filles responsables, nous avons également bu beaucoup d’eau) et une marche vivifiante (qui nous réveille d’une belle claque dans la figure) pour aller récupérer notre 2ème panier de Blanche-Neige (disons que celui-ci appartient à la Belle au bois dormant pour ne pas faire de jalouse) rempli de notre petit-déjeuner. Deux couques (chocolat et croissant), des petits pains, de la confiture et de la pâte à tartiner maison, deux oeufs, du jus d’orange. Un petit-déjeuner de reines dans une forêt qui s’éveille et avec la rivière qui chante encore un petit peu pour nous.

En pratique :

  • Réservation de minimum deux nuits le weekend (et il vous faudra bien ça pour réellement profiter de tout ce que la région proche a à offrir)
  • Minimum 260€ pour deux nuits (sans petit-déjeuner)
  • Il y a une cuisine dans les cabanes donc vous pouvez faire vos courses avant et cuisiner sur place pour tous les repas mais vous pouvez également faire appel à un traiteur qui travaille avec le domaine
  • S’il y a de la neige, difficile d’accès en voiture mais ça vaudra la peine!

 

Plus d’infos :