Thomas Cook note une augmentation de la demande estivale pour l'Egypte

Thomas Cook note une augmentation de la demande estivale pour l'Egypte
Thomas Cook note une augmentation de la demande estivale pour l'Egypte - © Tous droits réservés

Le voyagiste britannique Thomas Cook a fait état jeudi d'une hausse de la demande pour les prochaines vacances d'été en Egypte, ainsi que dans plusieurs pays d'Europe du Sud, mais sa perte trimestrielle avant impôt s'est creusée.

Evoquant les réservations effectuées pour la saison estivale 2017, le groupe a expliqué dans un communiqué que "la baisse continue des réservations pour la Turquie était plus que compensée par une forte demande pour la Grèce".

"Nous constatons aussi une hausse importante des réservations pour plusieurs destinations européennes comme Chypre, la Bulgarie, la Croatie et le Portugal, et avons enregistré en outre une demande renforcée pour l'Égypte et le Maroc", a souligné Thomas Cook. 

Comme les autres prestataires de voyages britanniques, Thomas Cook a suspendu sa desserte de la station balnéaire égyptienne de Charm el-Cheikh, sur la mer Rouge, après le crash d'un avion russe dans le Sinaï peu après son décollage le 31 octobre 2015.

L'organisation Etat islamique (EI) a revendiqué ce drame en affirmant avoir introduit une bombe dans l'avion en la dissimulant dans une canette de soda - en représailles aux frappes aériennes russes en Syrie. L'industrie touristique égyptienne, déjà mise à mal par le chaos politique et les violences qui ont suivi la révolte populaire du Printemps égyptien début 2011, a beaucoup souffert depuis. 

Le ministère britannique des Affaires étrangères continue de déconseiller tout voyage "non essentiel" à Charm el-Cheikh, mais d'autres régions d'Egypte ne sont pas déconseillées et sont desservies par Thomas Cook et par les autres voyagistes.

Lors de la saison hivernale qui se termine bientôt, Thomas Cook a profité par ailleurs d'une hausse de l'appétit des touristes pour l'Espagne et certaines destinations au long cours comme la République dominicaine.

Lors du trimestre d'octobre à décembre, qui correspond au premier trimestre de son exercice comptable 2016/17, son chiffre d'affaires hors effets de changes et des changements des cours du pétrole a grimpé de 1%, à 1,618 milliard de livres (1,9 milliard d'euros). Le groupe a légèrement amélioré son résultat brut d'exploitation (Ebit), mais ce dernier est resté déficitaire à 67 millions de livres contre 78 millions un an plus tôt. 

Son déficit avant impôt s'est aggravé de 15% du fait du coût plus important de financement de sa dette, et a atteint 135 millions de livres (158 millions d'euros).