Les nouvelles règles pour les touristes à Rome

Les nouvelles règles pour les touristes à Rome
Les nouvelles règles pour les touristes à Rome - © hocus-focus - Getty Images

Comme de nombreuses villes assaillies par les touristes, Rome met le holà et instaure des règles.

C’est le comportement alimentaire qui sera le plus régulé et réprimandé. Plus question de se promener avec une part de pizza devant les fontaines, interdiction de coller sa bouche sur le robinet des fontaines publiques. Sur les 14 millions de touristes qui viennent visiter la cité éternelle, la ville pourra récolter pas mal d’argent à force d’amendes. Les touristes ne seront sûrement pas ravis de se faire sanctionner mais les habitudes se prendront rapidement si la vigilance est de mise.

D’autres interdictions seront liées au savoir-vivre. Il fait parfois très chaud en été dans la capitale italienne et nombre de visiteurs sont tentés de se baigner dans une des 2000 fontaines que compte la ville mais les nageurs seront dorénavant sanctionnés. De même, les hommes torse nus, en plus de gâcher notre vue (on n’a pas demandé à voir le bide des gens, on n’est pas à la plage), sont loin d’être hygiéniques dans les rues bondées où il n’est pas rare de croiser les gens de très près ; ces demis-naturistes seront également bientôt sanctionnés. De plus, les valises à roulette et autres poussettes seront bannies des escaliers de monuments historiques (comme la place d'Espagne).

Pour finir, les couples ne pourront plus sceller l’infinité de leur amour au travers de cadenas sur les différentes barrières qu’ils trouvent. Une tradition qui a déjà coûté cher à la ville de Paris et dont Rome se passerait bien.

 

Entendons-nous bien, ces nouvelles règles s’appliquent tant aux touristes qu’aux Romains. Pas possible pour les Italiens de se balader en short, torses nus, avec une pizza à la main et de sortir leur carte d’identité pour éviter l’amende. De plus, des règles qui s’adressent principalement aux habitants seront remises en vigueur (elles existaient déjà depuis 1946 mais n’étaient pas vraiment observées) : interdiction de faire sécher son linge dans la rue et de jouer d’un instrument dans les transports publics. De plus, les vendeurs de "coupes-files" qui vendent près du Colisée et du Vatican seront passibles d'amende, ainsi que les personnes déguisées en romains qui demandent de l'argent pour des photos.

La ville reste sublime et ce n’est qu’une question d’habitude. En plus, si l’on veut goûter à la dolce vita, on préfère s’asseoir en terrasse pour prendre son temps, profiter du soleil, des plats de pasta ou d’une pizza entière !