Journée mondiale du tourisme 2017 : un rappel à la responsabilité des touristes

Des gestes à retenir alors que cette année a été marquée pas de nombreuses histoires de touristes aux mauvais comportements.

Le 27 septembre était cette année la journée mondiale du tourisme, organisée tous les ans par l'Organisation mondiale du tourisme des Nations unies, et visant à rappeler les valeurs sociales, culturelles, politiques et économiques du tourisme international. En cette année 2017, la journée entre également dans le cadre de l'année internationale du tourisme durable pour le développement, décidée par l'ONU.

En prévision de cette journée a été publié un manuel sur l'étiquette du touriste, "Travel. Enjoy. Respect" ("Voyagez, profitez, respectez"), dans le cadre d'une campagne internationale visant à faire prendre conscience aux touristes des choses à faire et à ne pas faire pour voyager de manière responsable.

L'an dernier, 1,24 milliard de voyageurs ont franchi au moins une frontière internationale, un chiffre qui devrait bondir en 2030 et atteindre 1,8 milliard.

"Il s'agit, en célébrant la journée mondiale du tourisme 2017, de comprendre comment permettre à cette force globale de transformation, à ces 1,8 milliard d'opportunités, de contribuer à rendre le monde meilleur et de faire avancer le développement durable dans ses cinq piliers", a déclaré le secrétaire général de l'OMT, Taleb Rifai, dans un communiqué.

Ces cinq piliers sont l'économie, la société, l'environnement, la culture et la paix.

Par ailleurs, dans le chapitre "Protect our planet" ("Protégez la planète"), le manuel du touriste publié par les Nations unies propose un code de conduite simple :

  • Réduire son impact environnemental en protégeant les ressources naturelles, en particulier les forêts tropicales et les zones humides.
  • Respecter la vie sauvage et ses habitats naturels.
  • Acheter des produits qui ne sont pas fabriqués en utilisant des plantes ou animaux en danger.
  • Dans les zones protégées, n'accéder qu'aux endroits ouverts aux visiteurs.
  • Réduire sa consommation d'eau et d'énergie dès que c'est possible.
  • Ne laisser derrière soi qu'une empreinte minimale et une bonne impression.

Ce rappel vient à point nommé après une année touristique particulièrement turbulente. Dans toute l'Europe, cet été, une vague de marches anti-tourisme a eu lieu afin de protester contre l'afflux incontrôlé de visiteurs et l'attitude irrespectueuse des touristes.

À Barcelone, les visiteurs étaient accueillis par des messages comme "Tourists go home" et "Arrêtez de détruire nos vies", collés sur des lampadaires ou inscrits sur les murs.

Afin de réduire les actes de vandalisme et de restaurer la civilité, des villes italiennes comme Rome, Turin et Milan ont décidé d'imposer des interdictions diverses, notamment concernant le fait de boire dehors après la tombée de la nuit, de manger et de boire près des fontaines historiques, mais également les food-trucks et les marchands ambulants.

Quant à Florence, elle a émis un avertissement à peine voilé aux touristes dans le cadre d'une campagne intitulée #EnjoyRespectFirenze, qui leur rappelait que tout comportement incivique serait sanctionné par des amendes dissuasives.