YouTube a supprimé plus de 8 millions de vidéo en à peine 3 mois

YouTube supprime les vidéos dont le contenu est douteux.
YouTube supprime les vidéos dont le contenu est douteux. - © AFP PHOTO / LIONEL BONAVENTURE

YouTube vient de rendre public un rapport de transparence qui révèle le grand nombre de contenus inappropriés mis en ligne sur la plateforme. Mais le signalement automatisé accélère le processus de suppression de ces vidéos.

L'internet est facilement surchargé de spam et de contenus inappropriés, ce qui nécessite énormément de nettoyage pour les grandes sociétés en ligne, qui attirent un trafic massif et d'innombrables téléchargements vers leurs serveurs. YouTube en fait partie, bien sûr : l'entreprise a vu huit millions de vidéos être supprimées en trois mois.

En quête de davantage de transparence et du moins de spam (pollution) possible, Google, qui a racheté YouTube en 2006, vient de publier une mise à jour concernant la suppression en cours de contenus violant sa politique. L'entreprise a rendu publics des chiffres ahurissants, ainsi qu'un rapport trimestriel expliquant comment elle faisait respecter son règlement.

Les huit millions de vidéos effacées de la célèbre plateforme de diffusion étaient, selon Google, "principalement du spam, ou du contenu pour adultes [des vidéos pornographiques, NDLR] (...) et elles représentent une fraction infime du nombre total de pages vues sur YouTube durant cette période".

Des machines furent les premières à signaler 6,7 millions de vidéos et parmi celles-ci, 76% furent rapidement effacées avant d'être vues ne serait-ce qu'une seule fois. Ces machines permettent à l'entreprise de signaler du contenu à grande échelle, et elle affirme que cette technologie est payante en termes de suppressions rapides sur des domaines à haut risque et à faible volume (comme l'extrémisme violent) et sur des domaines à fort volume (comme le spam).

Plus de la moitié de toutes les vidéos signalées comme contenant un "extrémisme violent" avaient moins de dix vues, alors que début 2017 elles n'étaient que 8%.

Même si ce déploiement de machines peut suggérer que le besoin d'êtres humains faiblit, ce n'est pas le cas pour YouTube. Ses systèmes reposent sur la vérification humaine, et par conséquent la société a copieusement embauché.

"Chez YouTube, (...) nous avons également enrôlé à temps plein des spécialistes disposant d'une expertise sur l'extrémisme et la violence, l'antiterrorisme et les droits de l'homme, et nous avons mis en place des équipes d'experts au niveau régional", explique le blog officiel de l'entreprise.

Pour cette année, Google s'est engagé à porter à dix mille personnes le nombre de ses employés travaillant à lutter contre les contenus violents. En outre, des projets d'affinage des systèmes d'alerte sont prévus, notamment l'ajout de certaines données additionnelles (données sur les commentaires, vitesse de suppression et raisons de ladite suppression).


AFP