Wingcopter, la solution d'avenir pour transporter des marchandises par drone

Le Wingcopter 178 peut livrer de la marchandise sur près de 100 km.
Le Wingcopter 178 peut livrer de la marchandise sur près de 100 km. - © Courtesy of Wingcopter

Forte d'une nouvelle levée de fonds, la startup allemande Wingcopter compte bien jouer un rôle déterminant dans l'acheminement de marchandises par drone en Europe dans les années qui viennent.

En 2017, San Francisco goûtait aux premiers repas livrés par des robots. Le monde de la livraison et du transports de marchandises continuent d'évoluer.

Le drone de la startup allemande Wingcopter se distingue par sa forme, celle d'un oiseau, mais aussi par sa capacité à embarquer jusqu'à 6 kg et à voler haut dans le ciel, y compris par mauvais temps.

L'engin peut voler haut et vite

Le Wingcopter 178 est censé résister aux éléments (vent et pluie) et peut transporter jusqu'à 6 kg de marchandises. Il peut couvrir une distance maximale de 120 km mais son autonomie se réduit en fonction du poids qu'il transporte.

Avec un maximum de 6 kg, il ne pourra pas voler plus de 40 km. Avec 2 kg embarqués, il peut en revanche espérer atteindre les 100 km/heure. En théorie, il peut voler jusqu'à 5000 m d'altitude.


Lire aussi : Un drone comme agent de sécurité dans la maison, ça va bientôt être possible !


Comme son nom l'indique, ce drone dispose d'une envergure de 178 cm et il a déjà réussi à atteindre la vitesse record (pour un drone) de 240 km/h.

La société souhaite œuvrer tant dans le domaine logistique qu'humanitaire en transportant aussi bien des marchandises que du matériel professionnel et de l'alimentation.

A l'heure actuelle, Wingcopter a déjà aidé à cartographier un volcan en Italie, à observer et compter les baleines dans les eaux arctiques du Canada ou encore à distribuer des tests de dépistage du coronavirus en Écosse.

La livraison par drone, un chemin semé d'embûches

Cela fait des années que de grands noms du commerce rêvent d'utiliser des drones pour la livraison de colis mais se heurtent tant à des problèmes logistiques (poids des colis, conditions de livraisons, intempéries...) qu'administratifs. Car, in fine, il faut obligatoirement recevoir le feu vert des autorités locales pour pouvoir faire voler ses drones.

Aujourd'hui, Amazon est en phase de tests aux États-Unis sur quelques points stratégiques et Walmart commence de son côté à livrer des produits médicaux à ses clients.

Conclusion : si la livraison à domicile de colis n'est pas encore pour demain, les drones pourraient bien accomplir de plus en plus de missions ponctuelles au service des populations. Face à la pandémie de Covid-19, c'est plus que jamais d'actualité.