WhatsApp tient une nouvelle fois à rassurer ses utilisateurs

La messagerie de Facebook ne cesse de s’expliquer depuis la mauvaise presse générée par ses nouvelles conditions d'utilisation (qui ont depuis été reportées au mois de mai). La preuve une fois encore avec de messages publiés cette fois dans la partie “Statut” de l’application. 

Les “statuts” WhatsApp sont l'équivalent des stories sur Instagram ou Facebook. Ils sont disponibles en cliquant sur l’onglet situé dans le coin inférieur droit de l’application. Vous y retrouverez une icône informant que WhatsApp a publié du contenu. 

En effet, la messagerie a partagé quatre “statuts”, sur lesquels on peut notamment lire que “WhatsApp ne peut pas lire ou écouter vos conversations personnelles. Elles sont chiffrées de bout en bout.

Une autre publication nous rappelle qu’une seule chose ne change pas : “notre engagement envers votre vie privée.”

5 images
© WhatsApp
© WhatsApp
© WhatsApp
© WhatsApp

La messagerie renvoie ensuite vers le site Whatsapp.com/privacy, où on retrouve ces mesures en détail (chiffrement de bout en bout, paramètres de confidentialité de groupe, vérification en deux étapes, etc.). 

"Il y a eu beaucoup de désinformation et de confusion autour de notre récente mise à jour et nous voulons aider tout le monde à comprendre les faits derrière la façon dont WhatsApp protège la vie privée et la sécurité des gens", a expliqué un porte-parole de WhatsApp au site The Verge. "À l'avenir, nous allons fournir des mises à jour aux personnes dans l'onglet État afin que les gens entendent directement parler de WhatsApp. Notre première mise à jour réaffirme que WhatsApp ne peut pas voir vos messages personnels, pas plus que Facebook, car ils sont protégés par un cryptage de bout en bout".

De leur côté, les messageries concurrentes Signal et Telegram continuent de séduire de nouveaux utilisateurs. Telegram a même lancé un outil permettant d’importer des conversations depuis WhatsApp, tandis que Signal ajoute des fonctionnalités plus “grand public”, comme des fonds d’écrans et des autocollants pour rendre les conversations moins austères.