Une piscine parisienne chauffée par un data-center

Une piscine parisienne chauffée par un data-center
Une piscine parisienne chauffée par un data-center - © Tous droits réservés

La piscine de la Butte aux Cailles à Paris est maintenant chauffée par des ordinateurs, situés dans les caves sous le bassin.

Si les data-centers sont la colonne vertébrale du web, ils sont un véritable désastre écologique. Ils représenteraient 10% de la consommation mondiale d'électricité, soit autant que l'Allemagne et le Japon réunis.

Les data-center, le mal écologique du 21e siècle

Alors, forcément, il y a plusieurs initiatives pour les rendre moins énergivores ou pour réutiliser la chaleur produite. Car la majorité de l'énergie utilisée par un data-center passe dans le refroidissement des machines, qui travaillent à plein régime pour fournir l'accès aux sites web du monde entier. On peut citer Google ou Apple qui utilisent de plus en plus les énergies renouvelables pour alimenter leurs fermes numériques. La pomme peut, par exemple, se vanter d'avoir le plus grand parc de data-centers fonctionnant 100% à l'énergie renouvelable, comme le solaire, l'éolien ou la géothermie.

Une piscine chauffée par les ordinateurs

Mais si les data-centers utilisent beaucoup d'énergie, ils rejettent également des quantités astronomiques de chaleur. Et cette chaleur est utilisable pour certaines applications. Par exemple, à Paris, une piscine vient n'inaugurer un nouveau système de chauffage, qui utilise la chaleur émise par les ordinateurs du data-center en sous-sol.

Concrètement, les appareils font chauffer un bain d'huile, qui est envoyé dans un circuit où un échange thermique est fait avec l'eau de la piscine. Une fois l'eau chauffée et l'huile refroidies, cette dernière repart ensuite en direction des ordinateurs pour se chauffer.

Il s'agit d'une première mondiale, qui est amenée à se répandre. Dans le futur, on peut imaginer récupérer la chaleur émise pour le chauffage d'immeubles ou même transformée en une source d'énergie.