Twitter va relancer son processus de certification des comptes

Sera-t-il de nouveau possible de demander une certification à Twitter afin de recevoir la mythique pastille bleue à côté du nom d’utilisateur ? C’est ce que pense la curieuse Jane Manchun Wong, habituée à fouiller dans le code de diverses applications.

En 2009, soit trois ans après sa création, Twitter lançait un processus de vérification, permettant notamment aux célébrités ou aux organisations et marques de prouver qu’ils étaient bien propriétaires de leur compte. Petit à petit, la vérification s’est ouverte à l’ensemble des utilisateurs, à condition de remplir quelques critères de sélection plutôt flous.

Un compte peut être certifié s’il présente un intérêt public. Il s’agit en général de comptes gérés par des utilisateurs dans les domaines de la musique, du spectacle, de la mode, des pouvoirs publics, de la politique, de la religion, du journalisme, des médias, du sport, des affaires et d’autres centres d’intérêt clés”, peut-on lire sur la page d’assistance concernant les comptes certifiés. “Un badge certifié n’implique en aucun cas une recommandation de la part de Twitter.

Huit ans plus tard, en novembre 2017, Twitter met fin à son système de vérification, après avoir validé un compte d’un suprémaciste blanc. “La vérification a longtemps été perçue comme une approbation. Nous avons donné aux comptes vérifiés une importance visuelle sur le service, ce qui a approfondi cette perception”, expliquait l’entreprise à l’époque. “Cette perception s’est aggravée lorsque nous avons ouvert la vérification aux soumissions publiques et vérifiées des personnes que nous n’approuvons en aucune façon.

Mais bonne nouvelle (ou pas, surtout en cette période), la vérification va faire son grand retour. La découverte de Jane Manchun Wong a même été confirmée à demi-mot par Twitter.

Nul ne sait quand le réseau social débutera sa nouvelle session de validation de certains comptes. Bien que depuis quelques années, Twitter continue de valider discrètement certains comptes, notamment des comptes liés à des organisations liées de près ou de loin à la pandémie de Covid-19. À l’heure actuelle, 365.000 personnes possèdent le petit badge bleu. Soit moins d’un pour cent de l’ensemble des utilisateurs actifs.