Steam Deck : Valve explique pourquoi il ne faut surtout pas démonter sa console portable

La vidéo partagée par Valve est claire : voici ce qu’il ne faut pas faire avec la Steam Deck. 

Pour rappel, la Steam Deck, annoncée en juillet dernier, est une console portable qui permet de faire tourner des jeux PC via Steam. En détail, on découvre que cette nouveauté au look très proche de la Switch embarque : 

  • Un écran de 7 pouces, d’une résolution de 1280 x 800 pixels
  • Un processeur AMD Zen 2
  • 16 Go de RAL
  • Une carte graphique AMD RDNA 2
  • De 64 à 512 Go de stockage

Le tout tourne sur SteamOS 3.0, un système d’opération basé sur Linux, mais qui devrait permettre aux bidouilleurs d’installer Windows, ou d’accéder à des jeux via la boutique concurrente, à savoir l’Epic Games Store. Et selon Valve, les futurs clients sont également très intéressés par les entrailles de la machine.

À LIRE AUSSI

Malheureusement, il sera compliqué de la bidouiller : 

" L'une des questions les plus fréquemment posées sur la Steam Deck concerne les composants qu'elle contient et s'ils sont remplaçables ou évolutifs ", déclare Valve sous la vidéo YouTube. " La réponse est un peu plus compliquée qu'un simple oui ou non, nous avons donc fait une vidéo pour expliquer tous les détails. Alerte spoiler : nous ne recommandons PAS de remplacer les pièces vous-même, mais nous voulons toujours que vous disposiez de toutes les informations pertinentes sur les composants de la Steam Deck. "

Il sera donc possible de modifier certains composants, comme les sticks analogiques ou le stockage interne, mais cela ne sera pas simple ni sans danger. " La Steam Deck est une machine vraiment compacte, les composants sont choisis avec soin en raison de cet assemblage spécifique et, par conséquent, ils ne sont pas pensés pour être interchangeables ", poursuit le constructeur. 

Bref, cela ne devrait pas empêcher certains bidouilleurs de relever le défi lors de la sortie de la console à la fin de l’année. Mais pour les joueurs lambda, mieux vaut éviter.