Snapchat s'apprête à licencier 10% de ses ingénieurs

Snapchat s'apprête à licencier 10% de ses ingénieurs
Snapchat s'apprête à licencier 10% de ses ingénieurs - © Tous droits réservés

Selon le site Cheddar et la chaîne d'info américaine CNBC, le groupe va procéder très prochainement à une nouvelle vague de licenciement, la quatrième en moins d'un an.

Parmi les 3000 employés que compte Snap, Inc., seuls les ingénieurs seront touchés. Une centaine d'entre eux seraient concernés, représentant 10% de la totalité des ingénieurs oeuvrant sur l'application et les nombreux produits dérivés en cours de développement (notamment les nouvelles versions des lunettes connectées Spectacles). 

Snap a procédé à plusieurs licenciements ces derniers mois, mais c'est la première fois que les ingénieurs sont visés. C'est également la plus importante vague de départ, les précédentes ne concernant qu'une douzaine de personne à la fois issue des départements marketing, recrutement et contenus. 

Depuis son entrée en bourse en 2017, la société fondée par Evan Spiegel enchaine les déconvenues. Instagram continue de copier avec succès les fonctionnalités de Snapchat; le nouveau look de l'application a tellement déplu que des pétitions ont vu le jour; ses produits physiques comme les Spectacles peinent à convaincre les consommateurs; et le projet de fabrication de drones a tout simplement été abandonné. 

Si Snapchat a annoncé vouloir persister dans ce domaine, en prévoyant pas moins de deux nouveaux modèles de lunettes pour 2018 et 2019, il y a fort à parier que les 100 ingénieurs virés faisaient partie de ces services en charge des drones et des lunettes. 

De son côté, Evan Spiegel a perçu plus de 637 millions de dollars en actions l'an dernier, se plaçant à la troisième place des plus fortes rémunérations versée à un PDG. Une somme élevée, que les derniers (bons) résultats financiers de l'entreprise ont bien du mal à justifier.