Smartphone pliable, Bixby, One UI : Samsung fait le (trop) plein d'annonces

Smartphone pliable, Bixby, One UI : Samsung fait le (trop) plein d'annonces
9 images
Smartphone pliable, Bixby, One UI : Samsung fait le (trop) plein d'annonces - © Tous droits réservés

C'est au McEnery Convention Center de San Jose, en Californie, que le géant sud-coréen a organisé l'édition 2019 du SDC, la Samsung Developer Conference, sa conférence destinée aux développeurs. Après deux jours d'annonces, de rencontres et de sessions, le temps est venu de faire un point sur le futur proche de l'entreprise.

Tout comme Apple, qui organise chaque année sa conférence WWDC (Apple Worlwide Developers Conference), Microsoft et sa conférence Build ou encore le Google I/O, les grands groupes technologiques se doivent de s'adresser régulièrement aux développeurs. Pour leur présenter les prochaines évolutions, en termes de produits et de plateformes. Pour mettre leurs applications en avant (notamment via une remise de prix). Et surtout pour les convaincre et les rassurer de continuer de développer pour ce que chaque entreprise présente logiquement comme le meilleur écosystème possible.

Car sans développeurs, et donc sans apps, un système d'opération n'est rien. Et Samsung l'a bien compris. D'autant que, contrairement à Apple, qui propose ses propres OS (iOS, iPadOS, macOS, watchOS et tvOS); Microsoft et Windows ou Google et Android, Samsung ne possède pas réellement d'OS propriétaire important et doit donc pouvoir compter sur le soutien de nombreux partenaires. Le groupe collabore à la fois avec Intel, IBM, Google (et Android) et Microsoft (Windows, Office, ...) et cela s'est ressenti, lors de la Keynote présentée le mardi 29 octobre dernier par DJ Koh, le président et CEO de Samsung Electronics. Deux heures durant, le géant sud-coréen et ses (très) nombreux partenaires ont annoncé un éventail de nouveautés et d'avancées technologiques tellement large que nous en sommes sortis confus. 

À la fois à la pointe de la technologie, avec parfois une telle avance qu'il serait difficile pour les néophytes d'en comprendre toute l'importance sur le long terme (traitement des images 8K; présence des cartes d'identité électroniques sur smartphone; blockchain; edge computing) et en retard sur des points plus concrets pour le consommateur (une nouvelle interface utilisateur qui fait encore pâle figure face à la concurrence; un Galaxy Store qui n'a rien d'alléchant; un assistant personnel toujours à la traîne), Samsung a abattu toutes ses cartes pour ne pas se laisser distancer par la concurrence. Quitte à noyer le spectateur dans un trop-plein d'annonces plus ou moins importantes, ou tellement pointues qu'elles laisseront le grand public sur le bord de la route. 

On attendra le salon IFA de Berlin, en septembre 2020, pour tirer des conclusions définitives et savoir si la méthode employée aura été la bonne. Mais d'ici là, voici un aperçu des annonces présentées sur la scène du McEnery Convention Center de San Jose par Samsung. 

Vers un Galaxy Fold 2 ?

"Un nouveau format pour les smartphones pliables". La vidéo, disponible ci-dessous, est aussi brève qu'intrigante. Alors que le Galaxy Fold, le premier smartphone pliable de Samsung, est enfin disponible à la vente dans une poignée de pays (et pour la somme non négligeable de 2020 euros), voilà déjà la suite d'une gamme de produits dont on connaît actuellement plus les défauts que le potentiel.

Hyesoon Jeong, à la tête du département recherche et développement de l'entreprise, a en effet surpris le public en annonçant un nouveau format pour ses smartphones pliables, qui rappelle les anciens téléphones à clapet. Mais ne vous attendez pas à plus d'informations à ce sujet. Samsung n'a pas nommé le produit ni confirmé son existence. Hyesoon Jeong s'est simplement contentée d'expliquer que ce nouveau format "trouvera facilement sa place dans votre poche, mais changera également la façon dont vous utilisez votre téléphone", avant de passer à un tout autre sujet. Wait and see, donc, comme on dit dans ces cas-là.

One UI 2

La surcouche logicielle de Samsung, qui vient s'ajouter à Android, évolue en passant la seconde. Mais là encore, ne vous attendez pas à un changement radical. One UI 2 est une évolution, certes bienvenue, mais loin d'être une révolution. L'interface est plus claire et facilite les interactions et la navigation, tout en améliorant sa lisibilité, notamment grâce à un mode sombre étendu. Ce qu'Apple ou Google proposent déjà de façon bien plus avancée depuis quelques mois.

Les utilisateurs inscrits au programme Samsung Members et possédant un Galaxy S10 pourront déjà tester cette nouvelle interface dans les jours qui viennent. La version finale est quant à elle attendue "dans les prochains mois", selon Hyesoon Jeong, et prendra en charge une large variété de taille d'écrans, des smartphones aux tablettes, en passant par les appareils connectés et aux "nouveaux facteurs de formes", y compris les smartphones pliables.

Tizen s'exporte

L'OS pour téléviseurs de Samsung, baptisé Tizen TV OS, installé sur près de 100 millions de Smart TV de la marque, s'améliore lui aussi. Sur ce terrain-là, Samsung doit également faire face à une concurrence féroce (Android TV, privilégié notamment par Sony, ou WebOS chez LG). Une des solutions envisagées par l'entreprise est donc d'ouvrir son OS aux autres constructeurs. On devrait donc voir arriver, dans les mois qui viennent, des téléviseurs Philips, Panasonic ou même Sony, équipés du système d'opération de Samsung. 

La décision rappelle dans une moindre mesure celle d'Apple, connu pour son écosystème très fermé, qui a récemment décidé d'ouvrir les portes de son iTunes Movie Store, de son protocole AirPlay et de sa nouvelle plateforme de VOD Apple TV+ à d'autres constructeurs (dont Samsung).

En route vers la 8K

Les contenus 4K sont encore rares, et votre téléviseur se limite actuellement à de la Full HD comme de nombreux belges ? Peu importe. Samsung voit toujours plus loin et imagine déjà de nouvelles façons de consommer des programmes en 8K (soit une résolution de 7680 x 4320 pixels), et ce peu importe la qualité de votre bande passante. Car qui dit images hautes résolutions, dit débit important. Pour y arriver, Samsung mise donc sur ScaleNet, une technologie complexe permettant de diffuser des images en 8K, sans perte de qualité et sans temps de chargement. Là encore, la puissance de frappe de Samsung impressionne et la méthode employée, à la fois simple et complexe, est remarquable. Mais il faudra encore quelques années pour profiter pleinement de cette avancée technologique, et espérer pouvoir redécouvrir des classiques du cinéma en 4K et 8K. 

Bixby est toujours en vie

L'assistant intelligent de Samsung ne capitule pas (encore) face à la concurrence. Pour tenter de s'imposer sur un marché au bord de la saturation (difficile de se faire une place entre Alexa, Google Assistant et dans une moindre mesure, Siri), Samsung mise sur le Bixby Marketplace, soit une boutique permettant d'augmenter les capacités de l'assistant, en téléchargeant des "capsules".

Selon le constructeur, la taille de la communauté de développeurs Bixby a doublé ces six derniers mois, et l'arrivée du "Bixby Developer Studio" devrait continuer d'attirer les développeurs. Mais à moins d'une ouverture comme celle opérée avec Tizen, même la meilleure version de Bixby restera cantonnée aux produits de Samsung, tout comme Siri est emprisonnée dans l'écosystème d'Apple.Ce qui laisse le champ libre à Alexa et au Google Assistant, qui s'intègrent partout sans aucun souci (et jusqu'à l'overdose). 

Voilà donc dans les grandes lignes ce que l'on pouvait retenir de cette conférence, certes très intéressante, mais où les annonces concrètes étaient plutôt rares. Il y a bien eu trois nouveaux ordinateurs portables (le Galaxy Book Ion, le Galaxy Book Flex et le Galaxy Book S) présentés à la va-vite. Mais pour le reste, Samsung semblait vouloir aller plus vite que la musique, à coup d'avancées technologiques encore trop abstraites à l'heure actuelle.

Dans une époque où les téléphones pliables laissent encore le public dubitatif; où la 4K peine à s'imposer et où les assistants virtuels déçoivent plus qu'ils n'impressionnent, Samsung s'obstine en teasant de nouvelles manières de plier un smartphone; en misant tous ses jetons sur la 8K, et en intégrant son assistant dans le moindre appareil (il faut se faire une raison, les frigos et machines à laver connectés sont désormais une réalité). 

Le consommateur, lui, continuera sans doute d'acheter comme il le faisait jusqu'à présent : en comparant les prix.Et en laissant Samsung, Apple, Microsoft, Amazon et Google se livrer une guerre qui n'intéresse que les spécialistes et les passionnés.