Regardez cette femme se faire tatouer à distance par un robot connecté en 5G

On n’arrête pas le progrès. La preuve avec cette expérience menée par l’opérateur néerlandais T-Mobile. L’idée ? Tatouer l’actrice Stijn Fransen à l’aide d’un robot, piloté à distance par un tatoueur grâce au réseau 5G. 

”Le tatouage impossible”

Baptisée “le tatouage impossible”, l’expérience vise à démontrer les qualités de la 5G, en termes de vitesse et surtout de sa faible latence. Pour y parvenir, les équipes de l’agence The Mill et Anomaly Amsterdam ont paramétré un robot afin de permettre à l’artiste Wes de tatouer comme il le ferait en temps normal. 

Selon Noel Drew, en charge de l’équipement robotique, le développement s’est étalé sur six semaines, avec comme “victimes” de différents tests, des courges butternut qui subissaient malgré elles les tatouages avant d’y soumettre le bras de l’actrice Stijn Fransen.

Toujours selon Drew, Fransen était “étonnamment calme” lors de la préparation : “Stijn était tout simplement incroyable. Elle était pleinement à bord dès le début. Le démarrage et l'étalonnage du robot juste avant le tatouage réel étaient assez compliqués”, explique le concepteur au site PC Mag. “Donc j'ai senti qu'il était important pour Stijn de voir l'ensemble du processus et de comprendre en détail ce qui allait se passer quand elle était sur la sellette.

3 images
© T-Mobile
© T-Mobile

De nombreux essais

Évidemment, un tel projet ne voit pas le jour immédiatement, et les concepteurs ont dû trouver de nombreuses parades pour exécuter l’idée à la perfection. “Premièrement, nous devions trouver comment suivre les mouvements de l’artiste tatoueur et détecter quand il était en contact avec la surface d’un faux bras d’entraînement et transmettre ces données sur le réseau 5G”, explique Noel Drew. “Deuxièmement, nous devions développer une plate-forme robotique capable de recevoir ces données en temps réel et de contrôler les mouvements du robot par rapport au bras humain. Troisièmement, nous devions développer une compréhension approfondie des petits détails du tatouage.”

Un pari réussi

Le tatouage, dessiné en temps réel, fut un succès. Même s’il s’agit d’une petite pièce et non pas d’une oeuvre plus importante, afin de limiter les risques. 

D’ailleurs, plusieurs mesures de sécurité étaient en place. “Il y avait plusieurs mesures de sécurité sur ce projet - des déclencheurs sur les logiciels aux boutons d'arrêt d'urgence manuels - un dans ma main et un autre dans la main de Stijn”, poursuit Noel Drew. “Techniquement, nous avons également introduit un potentiomètre linéaire industriel très précis pour détecter la surface du bras de Stijn et maintenir la profondeur souhaitée de l'aiguille. Ceci a servi de sécurité dans le cas où l'aiguille aurait pénétré trop profondément.