Microsoft fait le pari des applications Web progressives pour tous

Microsoft souhaite démocratiser les applications Web progressives.
Microsoft souhaite démocratiser les applications Web progressives. - © Geber86 / Istock.com

Microsoft annoncé l'arrivée des applications Web progressives (PWA) dans son Store, à consulter ensuite depuis son navigateur Web Edge. Le phénomène n'a rien de nouveau, mais pourrait bien se démocratiser grâce à cette décision, ce type d'applications présentant en outre de nombreux avantages.

Ces applications Web progressives ne sont en effet pas téléchargées en locale, mais hébergées, exploitées et mises à jour à distance par leur éditeur. Elles apparaissent en accès direct via une icône comme s'il s'agissait d'une application classique, en réalité un raccourci vers un espace dédié qui se lancera via Edge. Elles bénéficient aussi et surtout d'un temps de chargement réduit, sont "responsive" (c'est à dire qu'elles s'accordent à n'importe quel format d'écran), ne nécessitent aucune installation et n'encombrent pas la mémoire de l'appareil. Tout cela est valable aussi bien depuis un PC que sur un smartphone ou une tablette, dans l'optique d'un futur système d'exploitation dédié au mobile développé par Microsoft.

Pour faire simple, il s'agit d'une version améliorée des classiques Web Apps, lesquelles fonctionnent de la même manière qu'une application classique, même hors connexion, avec la possibilité d'interagir par exemple avec sa liste de contacts ou son calendrier.

Outre le fait de proposer des applications extrêmement souples et utiles aux utilisateurs de Windows 10, cette décision permettrait à Microsoft d'enrichir un peu son store, lequel est aujourd'hui encore bien peu fourni. Leur arrivée est prévu dans le courant 2018, sans plus de précision.

A noter que ces applications sont dans l'absolu destinées à être compatibles avec toutes les plateformes et pas seulement Windows. A charge déjà pour Microsoft de permettre leur distribution et leur exécution de la meilleure façon possible sous Windows.


AFP