Les voitures autonomes de Uber pas si autonomes que ça

Les voitures autonomes de Uber pas si autonomes que ça
Les voitures autonomes de Uber pas si autonomes que ça - © uber

Le service de VTC teste actuellement des voitures autonomes sur les routes américaines, en laissant ses ingénieurs à bord. Mais la voiture est moins fiable que prévu.

Après une interdiction de rouler en Californie, les voitures autonomes de Uber ont pris la direction de l'Arizona. Elles y sont testées sur routes ouvertes et avec de vrais clients. Sauf que deux ingénieurs de l'entreprise sont présentes sur les sièges avant pour enregistrer les moindres mouvements de la voiture, mais aussi en prendre le contrôle quand la voiture ne peut se débrouiller seules.

D'après les informations de Re/Code, les ingénieurs doivent reprendre le contrôle de la voiture beaucoup plus souvent que prévu. Au moins une fois tous les deux kilomètres. Le problème est que malgré 32000 kilomètres parcourus, les voitures montrent assez peu de progrès proportionnellement à la concurrence.

Uber à la traîne, la concurrence avance

Par exemple, en face, Waymo progresse beaucoup plus vite. Il s'agit d'une entreprise d'Alphabet, la maison mère de Google. Mais si Uber a commencé à travailler sur des voitures autonomes il y a moins de 2 ans, Google avait déjà entamé ce chantier en 2009, alors que la voiture autonome était encore considérée comme un sujet de science-fiction.

Tesla aussi, de son côté travaille sur des voitures autonomes, qui sont déjà partiellement actives. Les Model S et Model X sont déjà capables de se conduire seules sur les grands axes routiers, et les dernières unités sorties des lignes de productions ont tout le matériel nécessaire pour la conduite 100% autonome. La mise à jour logiciel devrait arriver d'ici 2018, ce qui devrait faire de Tesla le premier constructeur à mettre des voitures totalement autonomes sur les routes.